Une économie équilibrée

26901305512_3b005154c5_kLe mois de l’ESS s’annonce et à Paris Nanterre, on y contribuera avec une table -ronde « Un coopérativisme de plateformes est-il possible ?« . On pourrait voir se dessiner rapidement une réponse qui se constitue autour de la capacité de financement et qui assombrirait le futur des plateformes. Oui les grandes plateformes sont possibles par la puissance du Venture capitalisme qui peut y engouffrer des milliards en attendant un résultat opérationnel confortable. Les coopératives n’ont pas cette faculté.

C’est par un autre argument qu’il faut se saisir de la question. Il va dans le sens que Henry Minzberg donne à sa réflexion : celui d’une société équilibrée entre le secteur privé, le secteur public et ce secteur tiers composés d’association, de fondation, de coopérative, de mutualités, et dont le trait commun se résume en non-profit.

Souvent le discours relatif à ce secteur tiers s’appuie sur des valeurs et  sous-tend que l’économie doit avoir  des vertus, une morale. On veut une économie humaine, une économie solidaire, une économie respectueuse, et moins que de s’interroger sur les fins on s’interroge sur les moyens. Elle s’opposerait faiblement à la voracité du capitalisme (néo-liberal), son but est le renforcement d’une résistance.

Ce discours  écarte l’idée que le collaboratif n’est pas forcément une valeur mais aussi une source de performance. La compétition par l’émulation et l’apprentissage améliore la performance mais elle peut la détruire en réduisant les comportements solidaires et bienveillant dont la définition est : qui prend en compte l’intérêt de l’autre, et qu’on retrouve dans les notion de stewardship ou de civilité organisationnelle dont l’effet est de mieux faire face aux inattendus de la vie économique, et d’en amortir les conséquences négatives.  Inversement si les modèles solidaires contribuent à la performance en palliant aux défauts de connaissance, ils peuvent la réduire par son ossification, son appesantissement. Il n’y a pas un bon modèle contre un autre plus mauvais, mais deux modèle ambigus dans leurs effets qui parfois se complètent. L’économie est performante si elle trouve un équilibre entre les deux : la compétition et la coopération. L’une s’appuie sur la connaissance, l’autre fait face à l’ignorance.

Cette performance naturellement doit s’analyser en deux composantes : l’une qui est relative à l’organisation économique, l’autre à celle du milieu ( appelons ça bien-être, intérêt général, communs etc). Cette dualité est une affaire de politique, ce qui est bon c’est que l’une soit accomplie avec l’autre car comment les pondérer ? Faire des profits et améliorer l’environnement est la meilleure chose. Cette situation semble-t-il est prise en compte dans la littérature récente au travers de la notion de caractère transformatif des projets ou des stratégies. Elle s’oppose d’une certaine manière à l’approche de la responsabilité sociale, qui de manière normative, se contente de rappeler que les organisations peuvent produire des externalité négatives qu’il faut réduire ou compenser. L’approche transformative va plus loin, elle s’attache aussi aux externalités positives qu’elle souhaite encourager.

C’est une des raisons qui conduisent à penser, en matière de plateformes, qu’il s’agit moins d’imaginer un monde où des plateformes conduites par le profit écrasent les autres alternatives, qu’un monde où se cotoient différentes formes et leurs hybrides. Et s’il faut se poser des questions sur les raisons et la manière de les réguler, il faudra s’interroger sur les potentiels transformatifs de ces modèles, faire une balance complète des avantages apportés à leurs partie prenantes et des externalités positives et négatives injectées dans le milieu.