Les enfants de Compton ne font pas de meilleurs capitalistes

maxresdefaultC’est un billet d’humeur. Depuis déjà un bon moment mon collègue et ami Jean-philippe Denis, trouve des ressources étonnantes pour le management dans les aventures du rap, jusqu’à défendre l’idée du Hip Hop Management. Et je vois qu’aujourd’hui dans les échos qu’on célèbre les 7 leçons de management des rapeurs de Compton données aux entrepreneurs. Oui Dr Dre a vendu à prix d’or ( 2 milliards de dollars) la marque Beat, oui Snoop Doggy Dog est investi dans cette extension du marché du divertissement qu’est la weed.

Des fortunes sont édifiées sur des beats rageurs et construisent le capitalisme le plus furieux qu’il soit. J’en aurai été admiratif, si cela ne m’avais pas couté un compte soundcloud, où à mes heures de loisirs, je déposais les playlist ( je n’ose parler de mix tapes) que je prépare pour mes amis. Mais les robots d’Universal et de Sony que désormais soundcloud laisse courir à travers ses comptes ont vite fait de découvrir ma sympathie pour Kendrick Lamar, Drake ou Shabbaz palaces, intimant à la plateforme de retirer les morceaux et de sanctionner l’amateur imprudent qui pensait partager avec quelques dizaines d’amis les sons qu’il aimait.

J’aurais tant aimé que ceux qui sortant du ruisseau, donne leur voix à une parole d’émancipation, et participent à ce monde nouveau d’une économie de la contribution, du partage et des communs. Les relégués de monde urbain ont été de bons élevés du capitalisme et veillent comme des notaires sur le moindre fragment de droit, la moindre vente ratée. Le capitalisme peut être cool, porter baggies et casquette, il reste cette manie de la propriété, de l’accaparement, et du culte fétichiste de l’argent. Les dominés d’hier n’ont pas eu de meilleures idées que de devenir les dominateurs aujourd’hui, plus agiles et moins engoncés que leur maitre, tout aussi féroces pour préserver un bien qu’ils doivent autant à la chance qu’aux conditions commune de leur existence.

C’est sans doute un fait culturel, si l’invention se fait à la périphérie de la société et se fait absorbée au centre pour renouveler le désir perpétuellement émoussé  des classes moyennes, cela ne suffit pas pour créer une culture nouvelle. L’art, et le rap est un art, reste une consommation.  Et s’il est une déception, c’est qu’on ne peut pas compter sur l’art pour changer les sociétés.

La tragédie de la culture, c’est au fond son mensonge, se parant des habits du sacré, elle scintille comme le divertissement.

Crédit Photo : il ne suffit pas de renverser le regard pour changer de perspective….

 

Je signe pour les communs

17418854304_4de243a5c1_zIl est rare que des pétition soient positives. En voici une qui soutient une initiative du gouvernement, celle de faire entrer dans le droit le principe des communs, sur la base des travaux de concertation du Conseil national du numérique. Pour en savoir plus il suffira de lire Favorisons la libre diffusion de la culture et des savoirs, paru dans le Monde d’hier et pour signer c’est ici.

Parmi les nombreuses raisons qui doivent motiver ce soutien, une première très pratique concerne l’ensemble de notre profession universitaire : alors qu’une grande partie de la recherche est produite par des fonds public, le système de la course aux étoiles orchestrée par les multinationale de l’édition s’est accaparée cette ressource. Non seulement ce que nous publions, notre travail, n’est payé que par le fruit de leurs algorithmes : les indices de réputation, mais nous devons de plus en plus fréquemment payer pour partager avec nos collègues, nos amis, nos étudiants, le droit de publier dans nos blogs, nos réseaux sociaux et les nouvelles plateformes sociales universitaire telles que Research Gates ou Academia. L’open acces est devenu un business. Il est temps de mettre fin à cette dérive, et dans des conditions honorables pour le travail d’édition ( l’embargo), pouvoir donner un accès ouvert à l’ensemble du public, des résultats d’une recherche publique. Signons pour que cette loi fixe le droit à l’open access.

Une autre raison tient dans ce que le principe des communs pourrait enfin s’inscrire dans le droit. Un principe qui suppose le renoncement à une propriété exclusive sur certains bien ( programmes informatiques, données, textes, images, air ou eau) au bénéfice d’une humanité qui ne se définit pas simplement comme collectivité, mais comme l’affirmation d’une solidarité à travers l’espace et le temps de cette collectivité. Pourrions-nous vivre dans un monde où l’on interdise simplement le fait de dénombrer le nombre d’oiseaux migrateurs dans le ciel, pour la raison que ces oiseaux eussent-été brevetés, et que l’information qu’ils portent appartient au dépositaire du brevet? Remplacez les oiseaux par les champs de mais, et vous comprendrez aisément que c’est s’interdire toute recherche sur l’environnement, sans les communs il n’y aurait aucune connaissance possible.

La loi ne sera pas parfaite, elle contiendra cependant, si nous la soutenons, les germes juridiques qui permettrons de limiter les excès de l’appropriation, que dis-je, de l’accaparement, au seul profit de ceux qui dispose du capital nécessaire. La propriété n’est pas toujours le vol, elle induit parfois une responsabilité et permet l’échange et le marché qui a démontré ses vertus pour le bien de l’humanité. Il y a des choses que l’on ne peut que donner ( la vie), et d’autres qu’on doit garder. La propriété est toujours limitée.

C’est pourquoi, entre autres raisons, je signe pour les communs.

MAJ : Le 26 septembre le projet de loi est présenté sous la forme d’une plateforme participative. Une bonne chose dont on trouvera dans Atlantico mon analyse du processus et de ses enjeux.

crédit photo : parce que c’est bientôt la saison des Palombes et qu’on gardera une pensée pour tout les migrants.

L’innovation fait les inégalités qui la tuent

4346411307_185ffbb373_oVoici déjà un bon moment que l’hypothèse d’un effet négatif des inégalités sur la croissance, dont on sait depuis fort longtemps qu’elle résulte de gain de productivité essentiellement du à l’innovation et au progrès technique, devient un thème majeur de réflexion même si des travaux plus anciens ont conclu à un effet positif ou du moins constrasté. l’OCDE lui a consacré récemment un livre fort bien documenté. Il est à peine nécessaire que Stiglitz en a établi le prix.

De là à conclure que l’effet le plus spectaculaire de la globalisation réside dans l’accroissement considérable des inégalités, ce qui n’est pas contraire à l’idée que le niveau de vie, en termes de capacité des plus pauvres, se soit amélioré, et ne s’oppose pas à celle d’une croissance des classes moyennes dans les pays émergeant, serait la cause de la crise qui sévit dans les pays occidentaux se poursuit par une croissance poussive  et le ralentissement des économies émergentes comme c’est le cas en chine, et surtout en Russie ou au Brésil, est sans doute excessif. Difficile de conclure aussi vite que la globalisation freine l’innovation même si certains ont d’ailleurs noté que la bulle des émergents tient non seulement à l’incapacité de sortir d’une économie de matières première, et d’innover, que de n’avoir pas réalisé leur changement de régime et s’être doté d’institution qui assure les intérêts de tous. L’inégalité croissante empêche sans doute la construction d’institutions solides et la régression de la corruption.

Si les inégalités sont une cause de la faible croissance car le capital concentré dans un faible nombre de main cherche la rente ( à la Piketty) ou tout simplement ne peut être investi dans des idées vraiment nouvelles, car peu de main c’est peu d’idées, il s’avère aussi qu’elles sont une conséquence de l’innovation. Une série de travaux récent défendent cet effet négatif de l’innovation technologique, y compris ceux du FMI, et la critique de la Silicon valley en donne une illustration flagrante : la région qui connait un revenu moyen double de celui du revenu américain est aussi celle qui concentre la plus grande proportion de SDF. La bonne et le geek deviennent les figures antipodiques du monde nouveau, au moins pour certains.

Les travaux de Autor sont absolument essentiels ;  en défendant la thèse de la polarisation du marché du travail, il décrit un effet différent de la première révolution industrielle, l’automatisation induite par le développement du BIG data et de L’IA : en automatisant les tâches des classes intermédiaires (cadres et employés) on réduit cette part d’emploi et la force de travail qui s’oriente vers les services à la personne peu automatisables ( coursier, femme de menages, gardien, call center, chauffeur uber et autres aides soigants) vient concurrencer les moins qualifiés, faisant baisser le prix du travail, alors que les emplois créatifs, à forte spécificité (ils sont peu substituable car leur valeur travail se fondent dans l’accumulation des expériences et savoirs faires) voient leur revenus s’envoler.  Il y a bien sur aussi la thèse plus brutale de Brynjolsson et McAffee et on renverra à cette synthèse du MIT pour un aperçu plus général du débat.

 

Plus récemment une recherche de Philippe Aghion et ses collègues vient d’apporter une autre touche au tableau, déjà noir (on peut suivre son séminaire au collège de France). Il confirme un lien significatif entre l’activité d’innovation ( qu’il mesure par le nombre de dépôts de brevet comme l’a fait Diana Weinhold) et intensification des inégalités, attribuant explicitement à l’innovation technologique, l’accroissement des revenus accaparépar les 1%. C’est le phénomène clé de l’accroissement des inégalités qui se caractérise moins par une bipolarisation, que par l’enrichissement accéléré des plus riches qui étire la pointe de la pyramide. Il tente d’apporter une éclaircie en soulignant que l’accroissement des inégalités s’accompagnait d’une plus grande mobilité, cherchant sans doute à sauver une certaine idée libérale et en déplaçant le problème. On pourrait critiquer ce point de vue en signalant simplement que cette mobilité traduit aussi une très grande incertitude : si chacun a sa chance, elle est autant de perdre que de gagner, surtout pour les revenus des 90%. Les auteurs en déduisent un axe directeurs des politiques publiques et fiscales : distinguer les riches par la rentes, ils donnent le modèle de Carlos Slim, des riches par l’innovation et ils citent Xavier Niel, laissant aux derniers une part de mérite auquel les premier, dans l’esprit de Piketty n’ont pas droit. On laisse le lecteur le soin de juger la pertinence d’une telle distinction.

Ces lectures me ramènent à une petite réflexion que nous avions eu il y a quelques temps. Imaginons 100 individus, doté des mêmes qualités qui leur donne droit à un même revenu. Supposons ensuite qu’il gagnent en moyenne 5% de plus chaque année, cette moyenne correspond une amélioration générale due à l’innovation, et se distribue normalement avec une certaine variance. Comment va évoluer la distribution globale des revenus? C’est un modèle extrêmement naïf qui présuppose que la distribution des richesses est aléatoire. Les riches le sont ici par accident, comme le sont les innovateurs. Qu’un Xavier Niel ou qu’un Zukenberg se soient enrichis phénoménalement en quelques années, est sans doute le fruit d’une grande chance. Il y avait une place pour un opérateur alternatif, une autre pour un réseau social global, la chance a donné la place au premier et au second. S’ils n’avaient pas été là d’autres l’auraient prise. Pour savoir la part de leur mérite, il faudrait pouvoir tester sur la même place l’enrichissement produit par d’autres managers et comparer. La question reste ouverte, mais l’hypothèse du hasard est forte. Ce qui n’est pas hasardeux ce sont les loi de probabilités et leur distribution.

Le résultats apparait clairement à gauche de la figure, les deux distribution comparant la situation en t+4 et t+20. Et si on retient une idée du revenu concentré par les 1% les mieux dotés à chaque période, on s’aperçoit qu’on part de 10% à près de 20% – c’est l’ordre de grandeur de ce qui est observé aux Etats-Unis, la ligne en rouge donne l’accroissement du coefficient de variation, c’est à dire l’évolution de l’écart moyen des richesses qui passe de 10% du revenu moyen à 45%.

inegalité

Ce modèle est naïf, il faudrait le comparer à un modèle qui traduisent les phénomène d’héritage et de rente d’une part, et d’autre part l’effet inégalitaire de l’innovation ( en supposant que les gains dépendent d’une part de dépense du revenu en formation, éducation, innovation). Il est suffisant pour montrer l’effet stochastique de l’inégalité, et de son manque de justification. La rente l’aggrave, et sans doute, c’est le fait nouveau, l’innovation aussi.

Même en restreignant la rente et en favorisant l’innovation au motif qu’elle accroit la mobilité, comme un moindre mal, se dessine un monde douloureux où l’incertitude des positions individuelles succèdent aux inégalités structurelles, et où un cercle peu vertueux peut s’engager : l’innovation renforce les inégalités qui accroissent les couts sociaux et empêchent à leur tour l’innovation nécessaire pour les réduire. A lire les travaux récents des économistes, il est évident que pour que l’innovation reste un progrès il faudra la conduire en s’assurant que ses bienfaits soient distribués plus également au risque qu’elle s’éteigne. L’enjeu n’est pas seulement une innovation durable mais une innovation partagée.

Un nouveau site, nouveau domaine et de nouveaux horizons

20360600279_ac674be148_hIl aura fallût un cambriolage, un ordinateur envolé, des mots de passe perdus pour me décider à abandonner l’espace de free qui m’accompagne depuis 1995 à peu près, pour acquérir un véritable nom de domaine, un nouvel espace de stockage (OVH au moins pour une question de souveraineté numérique), et un nouveau site.

Dans les semaines qui viennent je rapatrierais les vieux post, en espérant il mettre de l’ordre. Mais en attendant, et en attendant le premier billet sérieux, puisqu’il s’agit d’un nouveau départ, une peu de musique pour calmer les agacements inévitables d’une nouvelle installation….

crédit photo : eugenia loli

Meilleurs voeux : wifi pour tous!

Puisqu’il est temps de souhaiter les meilleurs vœux à tous et de célébrer les mois à venir comme le temps d’une proche utopie, au-delà de la santé la meilleure qui soit, du bonheur qui n’a pas besoin de technologies et d’une prospérité qui tient autant à nos facultés d’invention qu’au hasard, faisons un vœux et un seul.

C’est un vœu modeste qu’on aurait pu formuler depuis longtemps, et qui d’ailleurs a souvent été formulé. Il n’appelle à aucune révolution même s’il est aussi un moyen de rétablir une certaine justice. Il est d’une actualité brûlante alors que le père noël vient de déposer par millions tablettes et smartphones dans les chaussettes de nos parents.
Ce vœu est qu’un vaste programme de mise en place de réseaux wifi ouverts et gratuits soient mis en œuvre dans tous les lieux publics où les foules se croisent : les gares et pas que les grandes mais aussi les petites de province, les aéroports bien sur, et les places de village, et les aires d’autoroutes, et les grandes avenues, les écoles et les administrations, les arrêt de bus et j’en oublie. Que ce plan soit assuré et financé de concert par l’Etat, les régions, les municipalités, les grandes entreprises ( encore nationales), et pourquoi pas aussi par les opérateurs qui ont faillis en ce domaine ( ne retenant de l’innovation ouverte que ce dont ils pouvait bénéficier et se précipitant dans la privatisation de l’espace), tant mieux ! Un vœux aussi simple mérite tout de même quelques explications.
La première est toute simple : alors qu’une large part de la population s’est équipée en terminaux mobiles les ressources de connexion sont en de nombreux points tout à fait inefficaces. Les réseaux Télécom sont bien souvent en-deçà d’une capacité acceptable – juste pour mention sur la ligne TGV sud ouest la durée de connexion utile ne dépasse guère 20mn sur 5heures de trajets ; et la ligne A du RER est muette aux heures de pointe. Nous aurions d’ailleurs grands besoin de connaître avec plus de précision la cartographie de la connectivité de qualité (Le rapport de l’arcep est de ce point de vue instructif : le taux de connexion continu sur 2 mn est à peine de 58% dans les TGV et de 74% dans les trains de banlieue – où est la mobilité?). Il ne s’agit pas seulement de recevoir quelques mails, mais de pouvoir avec une relative fluidité accéder à son cloud personnel !
La seconde est qu’à ne compter que sur les ressources privées, une large partie de la population équipé en smartphones et autres tablettes est de fait déconnectées : tous n’ont pas un équipement doté de 3G et se contente du bon vieux wifi. Les hordes de lycéens et d’étudiants n’ont certainement pas les ressources pour se payer les abonnements à 50 euros et plus. Et parmi les autres si les plus modestes ont pu à prix d’or s’équiper, peu probable qu’ils puissent supporter un second ou troisième abonnement. C’est pour cela que les consommateurs achètents des terminaux nus d’ailleurs.
Les deux premiers éléments conduisent à réduire la valeur de ces objets à peu de choses. Que vaut une tablette qui ne se connecte qu’à la maison ? Une sorte de programme TV de Luxe ? Une télécommande en image ? L’objet en soi vaut que s’il est connecté partout et à tous moment. Les 18 millions de smartphoneset tablettes achetées depuis deux ans représentent en fait un investissement des ménages dans l’économie numériques. Il est de l’ordre de 8 à 9 milliards d’euros par an, soit quatre fois plus ( pour la partie numérique) que le grand emprunt . Il serait temps d’en recueillir les dividendes.
Et c’est notre dernier argument. Si l’on espère que les services et applications se multiplient dans leur diversité et leur diffusion, faut-il encore qu’ils puissent être utilisés ! Et ce ne sont plus des autoroutes de l’information dont nous avons besoin, mais d’en multiplier les bretelles. C’est à cette condition que l’usage des appareils sera optimum, que les applications qui fondent la fortune future des start-up soient pleinement utilisée, que l’effort multicanal des grandes entreprises soit justifié, qu’on améliore vraiment la qualité des services publics par le digital. Sans fluidité et accessibilité les trouvailles de l’économie numériques se limiteront à des gadgets publicitaires, sans contribuer aux gains de productivité indispensables à la croissance. 
Stimuler l’innovation c’est aussi créer la demande pour cette innovation. Le wifi pour tous, public et ouvert, n’est pas un concurrent aux réseaux mobiles, il en est le complément. L’effort n’est pas nul, loin de là, mais sans doute encore largement insuffisant. On sera surpris en cherchant sur les mots clés ” carte wifi gratuit france” que les cartes datent souvent de 2006/2008, que les plus récentes sont les wifi faussement gratuits des opérateurs. Et pour qui sillonne la France depuis des années, on aura remarquer la fermeture et la privatisation progressives des réseaux. Il y a des progrès qui prennent le visage d’une régression, il faut souvent se réfugier au Mcdo du coin pour enfin pouvoir se connecter!

Et c’est bien de celà qu’il s’agit : pouvoir se connecter librement sans se réfugier. En attendant des cartes telles que celle de Wigle pourrait être utiles pour faire le point ainsi que des outils tels que ceux de Ekahau. La question clé, ne nous lassons pas de le répéter, est quel est le degré véritable de couverture et d’accès aux réseaux là où nous en avons et nous en pourrions véritablement avoir le besoin.

L’honnêteté, avant la confiance.

Un post lu par inadvertance, et que j’ai retenu dans mes « à-relire », relate le livre déjà ancien de Paul Seabright et soulève une question passionnante : même quand nous n’avons aucune raison de faire confiance, nous pouvons nous engager dans des échanges économiques risqués. Comme nous sommes devant l’étranger nous faisons foi à ce qu’il nous dit plus que nous nous méfions de ce qu’il va faire. Nous commerçons aisément avec des étrangers.

Interprétant rapidement cette proposition, on peut retenir l’idée que ce qui lubrifie les échanges sociaux n’est pas la confiance, mais l’ honnêteté. Nous sommes plus rarement convaincus de ce que les autres vont faire, et de leur bienveillance, que ce qu’il nous disent est vrai. La confiance n’est qu’un dérivé de cette croyance, nous pouvons en effet faire confiance pour d’autres raisons, notamment la possibilité de sanctionner celui qui a fait défaut.Ne soyons pas étonné de la proposition d’un Fukuyama qui voit dans la société américaine plus de confiance que dans les société latines, celles qui ont développées un système judiciaire fort, permettent à plus d’agents de faire valoir leur droit quand la confiance est rompue. Une société faite de liens forts en réduit les possibilités, le nombre de ceux auxquels on peut faire confiance est restreint dans les tribus, car la sanction ne peut être prononcée que dans le cercles restreint des conseils de famille. La rétorsion est en fait le concept central des théories de la confiance.

Mais face à l’étranger, cette option est inopérante. Il a un pays de refuge où nos règles ne s’exercent pas. La confiance ne dérive pas de la sanction, mais d’un a priori. Il dit vrai, il est honnête.

Le monde de l’internet où l’identité est approximative, les possibilités de rétorsions réduites, les tribunaux incertains, n’est à pas l’évidence pas un espace favorable à la confiance. La rétorsion y est impotente. Il ne reste que cette hypothèse d’honnêteté même si le cynique ne peut l’accepter. On accorde tant d’avanatges au mensonge, à la ruse, voire même à l’hypocrisie.

Et pourtant, nous n’hésitons pas à parler à des inconnus, ni même à engager des relations sentimentales, pire nous y achetons, nous y échangeons, nous partageons. Une hypothèse naturelle serait-donc que nous attribuons à autrui une vertu que nous n’avons pas forcément complètement, celle de l’honnêteté. Hypothèse d’autant plus étrange, que le mensonge semble une chose largement partagée.

Arrêtons nous un instant sur ses formes. D’abord le mensonge peut être délibéré : on fournit aisément dans les formulaires des numéros de téléphone erronés, des noms dans lesquels on glisse sans scrupule des erreurs de graphies, on ment sur son age, sa taille, on fournit des photos d’autres. Le mensonge peut être aussi simplement une omission. On ne dit pas tout, dans les listes de préférences on en indique qu’une partie. On se soustrait à la surveillance, effaçant périodiquement des centaines de cookies, ou nos historiques de consultation. Le mensonge est surtout souvent involontaire, il se fait dans ce que nous répondons dépend moins de ce que nous sommes que ce qu’on nous demande. Le fait est qu’entre les faux commentaires, les faux reportages, les fausses notices d’information, la fausseté des artistes de la communication, l’univers de l’internet semble être celui des faux semblants et des illusions, plus que cette galaxie d’information dans laquelle les masses d’information s’agrègent par la force d’une certaine gravité : celle de la vérité.

Et pourtant nous faisons confiance, sans possibilité de rétorsions. Nous prenons ce monde comme un monde sans biais, nous achetons, nous consommons. Nous agissons en croyant à la force de l’honnêteté. C’est le fait primaire, la confiance est un concept dérivé. De manière irrationnelle nous faisons l’hypothèse de l’honnêteté des inconnus. Nous nous en nous défions que si nous discernons chez eux, les signes de ce qu’ils nous mentent.

Ce mystère peut cependant être levé de deux manières. La première est de reprendre certaines thèses évolutionnistes. Les menteurs ont peu de chance de se reproduire, la sanction qu’on peut leur appliquer à défaut de toute autre rétorsion est de ne plus les croire. A la manière de pierre et le loup. Les menteurs ont peu de chance de se perpétuer, à force de mentir on ne les croit plus.

Mais on peut aller plus encore un peu loin, et reprendre la vieille théorie du handicap : pour signaler une qualité, on doit la prouver par un handicap. Le paon ne ment pas sur sa beauté, car sa roue en fait une proie visible. S’il se permet ce handicap, c’est qu’il possède vraiment cette qualité. Et l’avantage de reproduction qu’il en tire – être choisi par les faisanes – dépasse le coût d’être dévoré. Le paon est honnête, c’est le handicap de l’honnêteté qui lui donne un avantage.

La seconde manière de résoudre le mystère est que nous ne sommes pas des oies blanches, que menteurs nous sachons que les autres mentent. Mais nous savons qu’ils mentent comme nous ! Nous mentons partiellement. Et cela suffit pour développer une croyance particulière : celle de discerner chez les autres les éléments de leurs mensonges. Nous pourrions ainsi évoluer dans un environnement mensonger, et lui faire confiance, pour la simple raison que nous sommes persuadé de faire la part du bon de l’ivraie. C’est notamment l’objet des recherches de Joey George.

Les deux arguments se combinent sans difficulté. Dans un monde mensonger, parce que nous savons déceler le vrai du faux, ou simplement que nous en soyons persuadé, nous pouvons aisément croire que les Paon sont honnêtes. Les faisanes savent qu’ils disent vrai. Ils font de beaux oisillons. Si elle n’étaient pas persuadées de discerner le vrai du faux, une roue flamboyante d’une crête écarlate – ce ne sont pas des poules, cela ne vaudrait pas le coup pour les paons de risquer d’un coup d’éventail de dresser une cible à leurs prédateurs. Il suffit qu’elle croient que le paon dit vrai.

Dans un monde de mensonge, ce qui qui compte est finalement la capacité à croire discerner parmi les signes ceux qui sont vrais et ceux qui sont mensongers. Même si aucun signe ne dit le vrai, ceux qui sont mensongers seront testés. Les croyances erronées seront éliminées, et apprendre quels signes sont faux, en renforçant cette conviction de discerner le vrai du faux, renforcera l’idée que les autres sont honnêtes, et que fortement ils s’exprime, plus honnête ils sont.

L’hypothèse que la croyance en l’honnête des autres est le moteur de la croissance dans un univers mensongers est sans doute une des questions de recherche la plus pertinente pour comprendre la logique du monde digital.

Et si tout cela semble abstrait, revenons à un éléments concret : comment comprendre alors que 75% des gens pensent que les commentaires sur internet sont trompeurs, la même proportion en tient compte. Comment comprendre alors qu’on pense que les information sont fausses, nous les prenions en compte ? C’est parce que persuadé de discerner le mensonge de la sincérité, nous faisons l’hypothèse de l’honnêteté, que ceux qui disent vrai le manifeste au point de souffrir de profonds handicaps. Ces signes coûteux nous apprenant à discerner le vrai du faux, nous renforcent dans l’idée que ce que les autres disent est à priori vrai.

La confiance ainsi ne se nourri pas de foi mais de la pratique de l’ honnêteté. Et la preuve empirique, est que du marché du village à  e-bay, au fond les escroqueries sont rares. Les marchés ne fonctionnent pas par la confiance, mais par l’honnêteté de leurs acteurs, ou du moins d’une large majorité, et par la croyance qu’ils ont de reconnaitre l’honnêteté de leurs partenaires. Le monde est bon.

crédit photo : I appreciate honesty

La lecture à l’age des Rolling Stones

Dans notre compréhension des espaces digitaux il faudra se remettre à la lecture et à ses théories. Se rappeler aussi une histoire merveilleuse écrite par Manguel ou Chartier, du passage de la lecture à haute voix à celle du silence. Il faudra se  pencher sur l’appareillage des notes, les références bibliographique, les coins écornés, les marges annotées. Lire n’est pas l’évidence des yeux qui suivent les lignes, ils en sautent et reviennent en arrière.

Qu’on comprenne qu’un document aujourd’hui se compose du texte, des méta-données qui le référence, mais aussi des annotations dont on rêve qu’elle s’accroche au fil des pages à la manière de Souncloud où les commentaires s’épinglent sous la ligne du son. Il n’y jamais eu de texte isolé, et la lecture s’est toujours faite en collaboration.

Une observation. Deux cas parmi des proches. Suscitée par un livre : les mémoires de Keith Richard. Les deux personnes ont adopté une lecture particulière de cette histoire touffue dont la densité des anecdotes en fait l’index d’une histoire écrite ailleurs. Et cet ailleurs est Youtube. Chaque page lue fournissant les mots-clés pour retrouver la forme vivante des épisodes, leur pendant presque réel des images vidéos. Passant du livre à l’écran pouvoir projeter les images du livre en dehors de l’écran du cerveau. C’est sans dire que l’aller et retour du livre à l’écran est ponctué de partages. Facebook ou Twitter. Donner à son entourage des fragments de nos plaisirs et de nos découverte.

Il est bien d’autre cas où l’interaction de la page et de l’écran manifeste une fructueuse collaboration.  Celui-ci à l’avantage de montrer une chose de plus. La subtilité de cet expérience réside en fait dans une forme d’écriture. C’est la manière même de rendre compte de son histoire et de son objet qui incite à la recherche :

« Le premier 45 tours est sorti rapidement après la signature du contrat. Tous se comptait en jour pas en semaines. On avait fait un choix délibérément commercial : « come on » de Chuck Berry. Je ne pensais pas que c’était ce que nous pouvions faire de mieux, mais j’étais certain que ça allait laisser une marque» p115 – Keith Richard, Life.

Les livres sont des nœuds, les fragments de texte sur le net le sont aussi. Et la lecture est cet art de jouer avec les nœuds, s’arrêtant sur l’un pour mieux repérer les autres. Ce qui change dans nos lectures est qu’un lien suffit pour glisser d’un texte à l’autre, le commentaire prend de l’importance au regard de la lettre. Le texte qu’on sors du rayonnage est encore lié à ses voisins. Ce qui s’ajoute est que la lecture silencieuse des autres, qui rarement se traduisait par une annotation, aujourd’hui prend de la couleur et tapisse le fond de nos lectures d’une sorte de choeur.

Un bazar à Guaruja

La plage est un bazar. La plage à Guaruja ( Brésil– SP) est un bazar, un marché du dimanche posé sur une langue de sable . En cette fin d’année, il y a foule sur la plage. L’Enseada court sur près de 6km, il y a foule constamment et à certains endroits, par la présence d’un kiosque et de ses parasols, sa densité est celle d’une rue piétonne à forte affluence. Elle s’y installe doucement à partir de 10h du matin et la quitte vers 17h. En ce jour du nouvel an, on peut penser que 600 000 personnes ont pris leurs quartiers sous un ciel mouvementé, les pluies du soir sont fréquentes même si la température n’est pas inférieure au 30°C. L’eau est à l’unisson et pourtant les surfeurs regrettent l’absence de vague dans cet air orageux.

Ce qui organise le bazar est l’usage que les brésiliens font de la plage. Quand une large part des européens s’allongent, s’exposant au soleil face après face, captant le moindre rayon, alternant les poses par des bains, lisant le journal ou un roman, les brésiliens installent un camp : des fauteuils de plage autour d’une table et sous un parasol. Des tribus de 10 à 15 personnes sont courantes, les familles reines couvrant au moins trois générations.
Et l’on boit de la bière glacée, qui reste au frais pour la journée dans une vaste glacière. Certaines ont la forme d’une boite de bière, le kitch est omniprésent. Les marques de bières triomphent sur la plage, en faisant un terrain d’affrontement symbolique et obstiné.
La plage est un bazar au sens précis de Geertz ce marché pétri de rituels, de socialité, de règles plus ou moins explicites, et souvent totalement implicites, accessibles uniquement par une relativement profonde socialisation. La plage brésilienne n’est pas une bordure presque sauvage du monde où l’on joue à Robinson, elle est un théâtre où l’on se fait voir et l’on regarde, une place publique où on se réunit en famille et en voisin, où on mange, on boit, on fume, et où on consomme. Où l’on s’installe avec le mobilier – les résidents des condominium avoisinant utilisent un des services originaux de la copropriété, chaque matin un garçon livre à la plage les sièges et parasols en poussant un grand chariot, et en fonction des besoins des résidents il amènera au coin ce qui est nécessaire.
La plage est un lieu d’observation privilégié de cette institution de marché particulière, le bazar, qui interroge le regards des chercheurs. On ira lire pour en avoir une idée l’excellent papier de nos collègues Benoît Demil et Xavier Lecocq .
Autour et entre les rassemblements de parasols, qu’ils soient ceux des kiosques ou ceux que les plagistes emportent avec eux en sus des sièges et de la glacière, s’insérant dans l’espace laissé par les premiers, une noria de marchands passent et repassent sous le cagnard ; des jeunes filles en t-shirt qui trainent des glacières de bière, d’eau et de soda ; le marchand d’Açai, cette pate énergétique qu’on accompagne de noix et de banane ; des garçons qui ravivent la braise d’un micro-brasero à grands mouvements circulaires, avant d’y griller une brochette de fromage – queijo coalho. Le vendeur de crevette. Les marchands de glace et leur glacière profilée, parasol au-dessus d’un frigo impeccable, jouent sur la plage l’histoire de la globalisation : Kibon d’Unilever s’affronte à Nestlé.
La spécialité locale subsiste , les marchand de « raspadinha », cette glace pilée qu’on aromatise par des sirops colorés – une vingtaine d’espèce, l’ancêtre des granités. Le froid est une grande bataille sur cette limite de l’espace. Une bataille de marques puissantes qui s’efforcent d’amener au consommateur un ice-cream, une bière bien glacée. Le lancement du jour, au coeur de l’été est l’Antartica Sub Zero (comme le commandant du roman de W. Vollman ?). Au fond l’exotisme des tropiques australes est celui du continent Antartique .
Si les ambulants portent la marque des leaders, la bataille se joue par le contrôle des kiosques qui ponctuent la plage tous les cent mètres, forment un quartier, régulent un tronçon de la grève, verticalisant les activités en organisant un aller retour incessant entre l’eau et la route, perpendiculaire aux déambulations des petits marchands qui vont parallèlement au rivage, sur le sable sec quand leur boutique se transporte à bras, ou confinés sur la zone de sable humide, assez ferme pour que les roues de leur charrettes ne s’enlisent pas.
Ce double mouvement irrigue les résidents à coup sûr avec cette régularité qu’il suffit de lever un bras pour se satisfaire ses choix . Il faut se sustenter. De nombreuses d’options sont disponibles. Il y a le Milho Verde traditionnel, du mais cuit à la vapeur, qui curieusement s’associe souvent à la vente d’eau de Coco, précieuse le jour des gueules de bois. Les commerçants les plus modestes vont à pied un sac d’arachide ou de noix de cajou sur l’épaule, circulant au plus près des plagistes glissant dans la main quelques graines pour déclencher la vente, souvent sans succès. Un marchand d’Acarajé circule à la lisière du sable sec. Et pour des faims plus conséquentes, le kiosque propose des assiettes de Lulas, D’iscas, les Patatas fritas, la Mandioca et des Misto et plus encore, Caipirinha, Ceverjas et refri.
L’univers marchand ne se résout pas à satisfaire des problèmes de bouche, de multiples vendeurs d’indulgences circulent avec leurs étals astucieux. Un vendeur de perles et colliers suspend sur un cadre ses breloques colorées. Un chariot chargé de robes, de chapeaux, de ballons, de tangas, oscille tiré à bras . Les vendeurs de lunettes de soleil ont accroché leur vitrine à un panneau.. Sans compter les bijou qui se portent à l’oreille ou sur la peau. Les rubans de fatima à nouer au poignet, milles sortes de tatouages vont et viennent, quelques camelots transportent des ambres solaires.
Et tout ce monde divague par centaines de milliers, la plage est une célébration de la consommation. Assis sur des tabourets, allongés sur les transat, sirotant des bières impeccablement fraiche, la coquetterie est d’avoir un isotherme pour sa propre bouteille, discuter avec ses amis sa famille, rire aux éclats, regarder les ventres sans complexe des femmes, piquant au passage des forains des petits plaisirs. Une graine à croquer, un glaçon à sucer, une verrerie à discuter. L’expérience de la plage forge aussi le ballet des marchands.
Le marché ne s’arrête pas là, à cette ronde bien ordonnées des marchand autour des camps de baigneurs. Le résident de la plage peut partir à l’aventure et c’est un autre marché. Les jets ski célèbrent ce goût très brésilien pour les sports mécaniques, des manèges de plage tirent des saucisses flottantes, ou des soucoupes de caoutchouc. Le surf est évidemment populaire. Et l’on vends des bouées aux enfants, des leçons de surf, un massage. Ici et là, une montgolfière, du beach volley, un air de samba, le futebol… On se ballade une bière à la main, on se trempe, on roule dans les rouleaux, des gaivotas font de grands cercles dans le ciel économisant leurs mouvements. Une clique d’urubus survole la colline, une charogne sans doute y git Des cyclistes slaloment entre les baigneurs. L’école de surf entre à l’eau.
Et nous ne voyons pas les petits voleurs, ils arrivent que certains soient armés. L’immense bazar de la plage qui s’étend sur des km, est naturellement surveillé. Les gardes-vies (guarda vida), pour traduire littéralement, surveillent l’immensité de la foule, solitaires et assis sur une chaise haute, tout les deux ou trois cents mètres, postés près des baïnes où le courant peut être féroce. Un hélicoptère de la police militaire passe au ralenti à peine 20 mètres au-dessus des flots et des nageurs, plusieurs fois par jour. Mais les veilleurs de la plage sont les kiosques que nous n’avons pas encore décrits assez précisément. Des paillottes fort bien équipées d’un bar et d’une cuisine, d’où parfois un bon son arrose l’arpent qu’elles maitrisent, elles qui s’abritent sous les palmiers de la promenade. Elles sont les points d’appuis des ambulants, certains offrent des douches, et le goût de chacun fait la différence et le nom. Des noms simples : Lua do sol, Bar da garota. ..
Le marché se constitue lentement le matin à partir de 8 heures où l’on rencontre essentiellement des promeneurs qui marchent avant la pleine ardeur et l’installation les tables et des parasols. La mise en place s’étale jusqu’à midi où la foule est déjà largement installée. Vers 16 heures les kiosques replient doucement le matériel dans la remise, se réduisant à de petit bars aux abords de la promenade. Chaque jour l’ordre du marché se reconstitue. Les emplacements sont fixés, le flux régulé, et le rythme identique. Des pas lent qui sillonnent un espaces délimités qu’aucun fanion finalement ne marque. Un univers fluide, presque liquide, autant que la houle qui bât le sable presque noir.
La règle s’est sans doute formée dans l’occupation de l’espace, sa segmentation ( sable sec/ sable mou ; la succession des kiosques ; les emplacements de droits et ceux de la force) mais aussi par une régulation de la municipalité, les ambulants portent tous un élément qui testifie de leur droit à œuvrer là. Les éboueurs ont des gilets fluo, discret la journée ils travaillent la nuit pour charger sur les camions des dizaines de sacs d’ordure produits par chaque section de la plage, déjà libérée par les recycleurs d’aluminium et de PVC.
Le bazar est bien ordonné. D’abord autour d’une pratique particulière de la plage : celle d’un lieu de consommation, ensuite par une hiérarchie des marchands qui se conclue dans une occupation déterminée de l’espace, mais aussi par des techniques. Certaines astucieuse comme cette pompe à aspirer le sable qu’on utilise pour planter sans effort le pied des parasol, d’autres triviales tels que de faire se déguiser les vendeurs de bonbons en personnage de dessins animés avec des peluches élimées.
Une véritable écologie qui fait cohabiter des populations variées vivant l’une de l’autre dans un rapport qui n’est pas que celui du marché mais celui de commensaux. On épouille, on épie, on se complète, on s’associe, on se domine. Et sur ce ruban uniforme qui coure d’une pointe à l’autre de la anse, l’espace se différencie avec une précision de quelques mètres dans un ordre qu’aucun géomètre ou urbaniste n’aurait pu définir.
Si le bazar est bien ordonné, l’étrange est qu’il n’est pas forcément totalement piloté, une organisation émergente, dont la stabilité tient aussi à celle de ses acteurs. Jours après jour si les visiteurs changent de visages, ceux qui parcourent la plage sont les mêmes. Et l’on les voit échanger aux hasards de leurs déambulation. L’écologie économique est aussi un tissu social ordonné par les rituels de la consommation et de l’ostentation.
Le point culminant sera le réveillon du nouvel an et son rituel central, des offrandes à Yemanja. Sept vagues sautées dans une pluie d’embruns, des roses jetées à la mer ou mieux encore versés dans de petite barque de polystyrène au nom de la reine des mers, de cette orisha inquiétante et rassurante. Une mère vierge qui exerce un attrait particulier sur les beaux garçon. L’ostentation est qu’au moment des offrandes une compétition folle de feux feux éclatent dans tous les coins de la rade, célébrant le prestige d’un hôtel, la puissance d’une famille en sa villas, la hardiesse d’une bande d’adolescent. Au fond c’est l’espace que crée le rite et qui définit les frontières du marché.

Un point sur le BOP

Un cours donné au master Franco-indien de l’ESC de Pau, nous ramène à cette question centrale du marketing international : celle des marchés au bas de la pyramide. La globalisation est aussi une fragmentation. Elle a faire naitre le marché du luxe et de masstige, fait surgir les marchés du low cost sur les terres du quality branding et ouvre ceux du BOP.

Les marchés du BOP retiennent assez peu l’attention des académiques (moins d’une cinquantaine de références dans EBSCO) même si on enregistre un nombre croissant de publications depuis les livres de Prahalad de de Stuart. Il sont pourtant l’objet d’un débat important.
Au centre des stratégies de quelques d’entreprises, le cas d’Unilever est un des plus marquants même, ils s’intègrent dans un principe de CSR quant il n’en reste pas à la seule philanthropie. Si effectivement la promesse de ce grand marché n’est pas encore totalement réalisée, on en connait l’idée générale : les plus pauvres ont peut-être un pouvoir d’achat extrêmement faible, mais leur masse en fait un marché substantiel.
On découvre peut à peu les formes de marketing qui s’y adresse. Dans les grandes lignes, le plan marketing destiné à ce segment se caractérise par une adaptation forte des produits qui sont vendus à l’unité et sous une forme simplifié et surtout par des modes de distributions alternatifs s’appuyant sur la micro-entreprise et les communautés, un prix naturellement qui doit les rendre accessible et peut s’accompagner, quand il s’agit de bien durables, de formes de micro-crédit. Dans le détail beaucoup de chose restent à connaître d’abord parce que l’expression générique masque une très grande diversité de marché, ensuite car finalement on connait assez peu le comportement des pauvres et leurs réactions aux stratégies.
La promesse d’un marché qui représenterait 15000 milliards de dollars principalement pour l’alimentation, l’hygiène, la santé, le logement, l’énergie, le transport et les Télécoms n’est pas forcement réalisée – on lira l’excellent article de Aneel Karnani). Non pas que les pauvres ne dépensent pas le peu de revenus qu’ils obtiennent, cette dépense est d’une manière où d’une autre réalisée, mais qu’elle ne va pas à ceux qui espèrent en être les bénéficiaires : les marques. Mieux caractériser ce marché signifierait mieux comprendre qui aujourd’hui sont les véritables bénéficiaires : les acteurs de l’économie informelle, ceux de l’économie illégale, les usuriers? L’enjeu de marché nous semble en réalité une question de destination de la dépense. L’accroissement de bien être qui correspondrait à une économie durable devant se mesurer à l’utilité de la dépense pour ces consommateurs.
Le fait est que les marchés BOP ne sont pas forcément homogènes. Entre la pauvreté rurale et celle urbaine des bidonvilles il y a des différences importantes d’accessibilité, de structuration des communautés et de besoins. La pauvreté des campagne vient moins de l’absence de ressources que de celle de leur valorisation. Celle des bidonvilles est aussi celle de la promiscuité. Et de campagne il y en a des luxuriantes, d’autres desséchée, quant au périphéries peu à peu le carton laisse place à la brique et leur persistance y fait naitre des semblants d’infrastructure : la marginalité n’empêche pas l’urbanisation. Parmi les pauvres tous ne le sont plus. Certains prospèrent et s’y font construire des palais. Les marchés bop forme moins des segments au sens habituels d’individus qui partagent les mêmes traits, que de véritables sociétés dont élément commun est la rareté des ressource et la lutte quotidienne, ce qui change le point de vue sur la consommation sans sans moins hédoniste que dans les classes aisée et plus productiviste.
Que ce soit un téléphone, un rasoir, de l’eau en gallon, une moto si naturellement le coût unitaire est important et conduit à proposer des formes simplifiées et unitaire des produits, le critère de choix principal est celui d’un investissement. On pourrait ainsi s’attendre à ce que les marques à forte réputation se défendent mieux que les seuls bas prix. Le durable, le solide, le confiant serait déterminant.
Quand au prix, c’est moins la question du coût unitaire que que prix de l’unité qui compte. Le stockage est généralement impossible. Quand il s’agit de bien durable la question du crédit est cruciale ce qui explique toute l’attention donnée à la micro-fiance. Dans les marchés du BOP la consommation est un investissement.
La distribution est l’aspect le plus original et remarqué de ce marketing parce que l’accès aux marchés bop est souvent difficile : route de terre, ruelles, isolement géographique et social. Elle passe par les communautés, . Elle nécessite aussi une forte capillarité : en inde on enregistre 12millions de points de ventes, en Indonésie 2 millions, une densité de 1 pour mille quand en Europe elle est de 1 pour 10000. Elle exige des investissement faibles de ces intermédiaires qui sont des micro-entreprises tenant sur un mètre de trottoir, ou le coffre ouvert d’un petit utilitaire..
En matière de communication la question du canal favorise la TV qui est souvent le plus populaire des loisirs. Mais les périphéries ne sont pas forcement toute déconnectée. La question véritable se pose en terme de message. Ces cibles demandent -telle un discours spécifique et adaptée ou justement l’absence de distinction? Qu’en est-il en matière de relation?
La structuration des plans marketing suit le principe des 3A : disponibilité (availability), accessibilité , et acceptabilité. Ce dernier point est crucial car il pose la question de la légitimité qui est au centre du BOP. Quelques soient les formules marketing, l’acceptation social du plan est nécessaire.
Comme on vient de le montrer, les marchés du BOP posent un certain nombre de questions quant à la spécificité de leur consommateur et de leur environnement et des conséquences en matière de stratégie. C’est un terrain de recherche ouvert encore faut-il que l’on garde à l’esprit les objectifs poursuivis. Si dans un premier temps le BOP est apparu comme une opportunité philanthropique ou le terrain d’une obligation sociale, aujourd’hui il est aussi une diversification de firme qui ne trouvent plus la croissance dans les couches les plus aisés comme c’est le cas des entreprise de grande consommation. S’agit-il de contribuer au développement ou de tirer profit d’un marché extensif ?
crédit photo : Single serving

Chronique 35 : de Dior à Kiss Cool : A qui appartiennent les marques?

Il faut sauver le soldat Kiss  Cool

[Les autres chroniques sont]

De l’épisode récent Dior-Galliano il y a peu à dire de plus que l’entretien de Benoit Heilbrunn au monde et de Jean-noël Kapferer sur CNN. C’est bien pour protéger la marque que le designer a été écarté. Précisons, la protéger du styliste quand bien même c’est son imaginaire qui la nourrit. Et de ce point de vue, ce n’est pas l’incident qui est important mais l’emprise du talent. On peut comprendre donc que l’actionnaire propriétaire de Dior protège son bien au risque d’en perdre le jardinier.

Assez récemment une grande bataille financière a eu lieu : Kraft rachète Cadbury . Naturellement dans ce genre d’opération, pour qu’elle soit financièrement fructueuse, il est nécessaire rapidement de procéder à certaines économies. En matière de gestion des marques, cela conduit généralement à supprimer certaines d’entre elles et notamment les marques nationales, fussent-elles populaires. Dans le cas qui nous occupe, une des victimes est la marque Kiss-cool dont on a chacun encore dans le nez le double effet.
Thierry Spencer s’en étonne en mars 2009 dans son blog Sens du client et lance une page de défense sur facebook. L’étonnant est que deux ans après, le groupe recrute de nouveaux membres ( près de 1300 à l’heure de publication du billet), et qu’un responsable du groupe se sente obligé de justifier une décision passée. En voici le verbatim :

Ainsi donc, arrêter la production ne tue pas la marque, et il est possible que les consommateurs la maintienne en vie indépendamment des décisions de la firme. Quelle meilleure preuve que les marques vivent moins dans les départements marketing que dans le cœur et le souvenir des consommateurs. A ce titre on peut se poser la question de savoir à qui appartiennent les marques? Si leurs attributs ( nom, logo..) sont gérés par le droit de propriété, l’esprit même de la marque est un bien public, et un objet culturel.

Dans le cas de Dior et celui de Kiss cool, il y a donc un point commun : la propriété juridique n’épuise la question de l’appartenance. Si les marques sont des idées, elles sont aussi des biens publics au sens économique (ni rivalité, ni exclusivité) qu’un patrimoine culturel. 
En matière de gestion des marques la conséquence est essentielle. Les marques n’appartiennent pas qu’à leur propriétaires, elles appartiennent aussi à ceux qui se la sont appropriées, les créateur et les consommateurs, même si cela excède le droit. Et ils faudrait poursuivre la discussion en s’interrogeant sur qui produit la valeur de la marque, et sur les modalité d’appropriation de cette valeur. La propriété est aussi une question de partage des bénéfices.