Satisfaction à l’égard des moteurs de recommandation : la transparence optimale

C’est une idée ancienne. Le mieux dans la transparence n’est pas le plus, c’est plutôt un clair-obscur, assez clair pour que la lumière traverse, assez obscur pour qu’on y devine un relief.

Il en est de même pour la transparence des algorithmes. Les utilisateurs réagissent le mieux à une information épurée, simplifiée, qui donne les principes sans brouiller avec les détails. Le simple plus que le complet.

Ce papier, publié dans la nouvelle et intéressante revue Management et DataScience en teste l’hypothèse. S’il est modeste dans la méthode et le principe ses résultats sont très net.  Cela a des conséquences en matière de design des sites et des applications. Donner des éléments clés qui favorise l’autonomie de jugement ( dois-je faire confiance à ce type d’algorithme ?)  et la connaissance de risque éventuel, sans demander un effort exorbitant. Cela cependant ne résout pas la question du contrôle effectif des algorithme qui demande une connaissance approfondie des détails.  On comprend que celle-ci n’est pas à la charge des consommateurs, mais des organismes spécialisés dans la défense des droits et des consommateurs, la recherche académique, ou de régulation.  La transparence est un arrangement institutionnel.

PS : au passage soulignons que cette publication est le résultat du mémoire de master marketing à Nanterre de Pauline Vautrot.