Business Models : le tissu de l’écriture

Storefront-Signage-GBE-073Un de mes vieux amis, Thierry Verstraete, me fait parvenir un texte qui retrace son parcours; spécialiste de l’entrepreneuriat, aux abords des années 2000 nous écrivions un texte sur la construction et la régénération des  business modèles et il a la gentillesse de m’en rappeler la génèse.

Ce même jour, je participe à une thèse courageuse dirigée par Jean-Philippe Denis, qui est un bel exemple de ce que peut être un statut désormais consacré : celui de docteur-entrepreneur.

Du premier article, j’en dirais peu, à vrai dire je ne l’ai pas relu, et m’en souviens peu du contenu. La thèse est si fraîche qu’avant d’en rédiger le rapport officiel,  je ne puis résister à en donner quelques éléments sur un ton personnel. Elle raconte l’histoire d’un beau projet d’ entrepreneuriat social en Ouganda. Son auteur s’appelle Vincent Kienzler, elle est intitulée “L’entrepreneuriat social étranger au service de l’aide au développement”, sa soutenance a suscité de beaux débats de méthode et de fond.

Je m’en tiendrais à un seul aspect. Dans l’expérience du candidat, un français passionné lancé dans l’aventure, réussie, de lancer et de développer un projet visant à produire et commercialiser des briques énergétique à partir de résidus de charbons de bois dans le but évident de limiter la déforestation et d’assurer aux populations modestes les moyens de cuisiner; il a fallût avant même d’écrire la thèse, de réussir une entreprise, dans un contexte et un milieu qu’il connaissait peu, connait mieux mais dont il ignore encore beaucoup.

Un milieu tissé d’étoffes bien différentes. Celle rugueuse des ougandais pauvres soucieux de vivre mieux, le drap impeccable d’ONG qui ne semblent pas échapper aux lois de leur bureaucratisation, le batik d’une bureaucratie installée dans les souliers de l’ex-colonisateur, les cotonnades des acteurs multiples et neufs qui font de l’Afrique à la fois un nouveau paradis du marché et maintiennent cette terre dans ce qui pourrait sembler à notre regard une irrationalité, mais correspond plus certainement à un nœud d’intérêts aux configurations inédites quoique régulières. C’est un des intérêts de cette thèse que de détailler les difficultés à délier et relier des fils dont la trame n’obéit pas toujours à la régularité d’une rationalité managériale, à défaut d’être économique.

Comment donc cet entrepreneur-docteur a-t-il réalisé ce double projet de monter une entreprise en d’en faire sa réflexion? L’entreprise n’est pas une licorne, mais elle prospère. La thèse n’apporte pas le concept décisif qu’on espère de la confrontation intime au terrain et à la théorie, elle fructifie dans l’esprit du jury. Et même si elle n’a pas trouvé toujours les bons concepts, quoique trouve souvent les bons mots, par un style romanesque et une aventure romantique, on y trouve l’essentiel de ce qui fait la raison de la recherche : une idée.

Cette idée est fort simple. Nous comprenons de plus en plus finement que le projet entrepreneurial est en deçà de la volonté de ses concepteurs, une matrice qui définit comment des ressources variées se combinent pour produire un flux de revenus suffisant pour couvrir l’acquisition des ressources nécessaires pour les générer, et plus encore une valeur excédentaire qui permet non seulement à l’entrepreneur de s’enrichir mais aux investisseurs de retrouver leur mise, aux clients de trouver une satisfaction qui dépassent ce qu’ils payent, aux salariés d’obtenir des conditions dignes de vie et dans le cas de l’entrepreneuriat d’accroître le bien-être social de la communauté . Nous avons appris avec l’idée de Business model, que cette équilibre délicat peut se réaliser différemment de l’idée naîve que le profit vient de la différence entre la valeur de ce qu’on vend et des coûts qu’il faut engager pour produire. Parfois la valeur d’une entreprise dépend simplement d’une promesse future qui amène des investisseurs à payer même si aucun profit n’est réalisé, parfois il s’avère que la gratuité du produit puisse justifier que des tiers en achète le produit dérivé à un prix suffisant pour garantir la pérennité de l’entreprise. C’est le problème de l’équation économique.

Le problème managérial réside ailleurs. Que différentes combinaisons de ressources soient possibles n’en fait pas la réalisation – pour ces configurations on lira le canevas de Pigneur et Oswalder ou le modèle RCov de Demil et Lecocq; comment l’entrepreneur réussit-il à faire que la configuration qu’il envisage soit effective?

La leçon de cette thèse est qu’il le réalise moins en trouvant les bons paramètres d’un système d’équations à plusieurs inconnues, qu’en tricotant une histoire qui convient à des parties qui parlent des langues différentes habitées par des imaginaires sans  élément commun. L’entrepreneur construit une histoire qui est acceptable par les uns et par les autres, une histoire qui racontée de multiples fois, prend des accents dissemblables, se tient comme une variation sur un motif principal dont lui seul a le secret mais dont la prosodie convient à des mondes différents. Des histoires qui ne sont pas des illusions, qui comprennent un corps assez solide pour passer d’un monde à l’autre, sont assez fortes pour lier des imaginaires distincts. Une histoire assez profonde pour inciter Pénélope à continuer de filer la laine et donner à Ulysse assez de corde pour diriger les voiles de son vaisseau.

C’est une direction de recherche sans doute essentielle et on en trouvera dans la littérature récente des pistes précieuses. En voici quelques liens : comment le  story-telling crée de la légitimité dans les entreprises internationales (2014), comprendre la fonction de la répétition narrative(2014) et surtout : raconter des histoires leur a-t-il permis d’obtenir l’argent dont ils ont besoin (2007). La narration est une méthode de management.

Qu’il s’agisse de la thèse, ou de son entreprise, ce candidat nous aura frappé dans son talent de raconter des histoires, non pas dans le sens de l’illusion, de l’artéfact ou du mensonge, mais dans ce qui rejoint à travers les genres, de la saga au roman, du mythe aux légendes,  le talent narratif qui sans épuiser le monde par sa vérité et son exactitude, assemble les étoffes, coud des pièces disparates, brode la soie sur la laine, tisse le coton et le lin, reprise les déchirures et dresse un vêtement qui habille autant le prince que l’ouvrier, la mariée et le chauffeur, le dandy et le passant.

J’aurais été épaté par ce qu’il raconte de son histoire n’est pas si différent des pratiques qui dominent dans le monde des start-up où la qualité du pitch est aussi importante que la réalité du projet, où l’art de réussir les IPO s’apparente aux palabres. Il y a une si grande continuité de la Silicon Valley à l’Ouganda : l’art de raconter les histoire est au coeur de cet enrôlement qui accorde les ressources et fait jaillir d’un sol sec des fontaines. L’entrepreneur serait donc cet aveugle qui dans le désert fait résonner assez les chants pour faire sourdre la source ?

Voilà qui me semble suffisant pour reprendre une vieille conversation. L’entrepreneuriat avant d’être l’histoire du capitalisme, est avant tout ce talent de mêler les histoires, de construire des ponts qui ne sont pas fait que de câbles et de ciment, mais comme Babel l’espoir de faire un du divers, et même en échouant affirmer l’inépuisable fertilité de la parole et de l’écriture comme l’exprime à merveille James Dauphiné :

Frappé du sceau de la parole divine, Babel suscite l’inspiration. Écrire n’est pas uniquement accorder vie à l’absurde ; ne serait-ce pas plutôt faire vivre Babel, découvrir au sein de ce mythe inépuisable une source de création et de sagesse, et probablement en dépit de sérieuses réserves un encouragement à vaincre par les mots les confusions de la création et le tohu-bohu du monde ?

Expérience, valeur et satisfaction

‘idée du marketing de l’expérience a fleuri au début des années 2000 sur un terreau plus ancien, l’intuition était forte mais sans doute imprécise et c’est sans doute pour cette raison que cette idée c’est peu à peu évanouie.

L’idée clé résidait en ce que la valeur de la consommation ne se réalise pas seulement dans le bien, mais dans l’acte. Idée préparée depuis longtemps par une conception des produits en termes d’attributs, mais à laquelle s’est ajoutée celle de l’acte. La confusion est sans doute venue d’une surestimation du caractère sensoriel et spectaculaire de l’expérience de consommation. C’était bien naturel dans la mesure où il s’agissait de penser non seulement les services, mais des consommations relativement nouvelles telles que le tourisme, le spectacle, le casino ou le sport.
L’expérience de consommation est une parmi d’autres. On pourrait évoquer l’expérience littéraire, l’expérience mystique, l’expérience humaine, érotique, amoureuse, bref une multitudes de situations qui ont la particularité d’abord de mettre en jeu la subjectivité. L’expérience par nature est subjective, c’est un événement qui affecte le sujet en profondeur et ne prend sens que dans ce qui le constitue intimement.
Ces situations suggèrent aussi l’idée d’un transport, l’expérience est un événement qui transforme, emporte le sujet d’un état à un autre. Cela peut procéder de manière violente sous la forme de l’illumination ou de manière progressive sous celle d’un cheminement. L’expérience est un voyage, ce parcours qui non seulement emmène d’un lieu à un autre mais s’accompagne d’une transformation de soi. L’expérience serait cette vie de soi que suscite l’exposition à un certain milieu.
Même l’expérienceintérieure n’échappe pas à cette idée que l’expérience se forme dans le rapport de soi au monde, sa particularité est que le soi est le milieu même de l’expérience de la subjectivité. Ce monde, ce milieu peut s’imposer à soi, mais généralement est choisi même si ses conséquences ne sont pas connues. Le propre de l’engagement dans l’expérience est l’absence d’a priori sur ses conséquences, mais plus encore l’inattendu qu’elle produit. C’est bien le prix que d’éprouver les limites.
On comprend mieux dans ce contexte que l’expérience trouvera sa valeur dans le sens que la subjectivité lui donne et qu’elle construit, ainsi que dans les émotions et sentiments qu’elle suscite. Qu’on cherche à la reproduire, pour revivre le bouleversement qu’elle provoque donne une idée encore plus précise de sa nature profonde : il n’est d’expérience que dans le sentiment subjectif du trouble de soi, d’être un autre que soi.
Une telle analyse de l’expérience permet de mieux cerner cette variété particulière qu’est l’expérience de consommation. Elle ne diffère pas réellement des autres, et se singularise par sa production : l’expérience de consommation recherchée pour elle-même ou simplement éprouvée accidentellement, se réalise dans le rapport marchand. Un prix payé pour une contrepartie incertaine qui ne tient pas dans l’objet échangé mais dans les résultats de son usage.
Tout l’intérêt est que par sa nature, elle trouve sa valeur non seulement dans les effets inattendus du bien ou du service, mais dans le sens et l’émotion qu’on leurs attribue au moment et dans les conditions de la consommation. Elle n’est pas dans le milieu, mais dans l’interaction du sujet et du milieu, dans l’activité réflexive qui accompagne la transformation de soi produite par l’acte de consommation : cette transformation de ce qui est acheté pour se transformer soi.
L’ivresse en est un modèle évident. L’absorption d’alcool ou de drogue, produit des effets propres sur le corps et l’intellect dont la valeur dépend de la conscience qu’on en a, dans le sens qu’on lui donne, de l’environnement dans lequel se produit l’acte, l’humeur en étant un des constituants. L’éducation en est un autre, acheter l’inscription à une formation ne produit ses effets qu’à la mesure des efforts qu’on y donne, des copains qu’on y trouve, et de la raison qu’on y découvre.
Dans une telle analyse on comprend mieux le sens que peut avoir la valeur de l’expérience pour le consommateur. Elle ne peut se confondre avec la satisfaction dans la mesure où par nature l’expérience est le lieu d’élaboration des attentes. La seule attente préalable serait justement l’intensité de l’expérience au sens du bouleversement attendu sans qu’il ne soit  qualifié. La valeur serait donc cette balance entre les effets positifs et négatifs. Mais c’est insuffisant, se contenter de cette définition ne serait au fond que donner un autre nom à l’utilité dans sa forme la plus élémentaire. L’expérience est un cheminement. Si on attend d’elle qu’elle nous transforme, l’effet que l’on en attend n’est pas qu’une somme de peines et de plaisirs, mais la promesse que cette transformation nous en apportera d’autres que l’on ne connait pas. C’est une actualisation dont on ne connait pas le taux et dont la source vient de soi :  des nouvelles ressources qui nous serons accessibles.
Voilà qui nous permet de mieux distinguer la qualité, la satisfaction et la valeur de l’expérience. La première résulte du sentiment que les plaisirs éprouvés sont supérieurs aux peines subies, la seconde que cette balance correspond à ce qu’on en attendait, et la dernière estime les ressources acquises dans le processus de consommation. Une telle définition présente l’intérêt de mieux distinguer ces notions entre-mêlées et de redonner plus de profondeur à la notion de valeur en la considérant moins comme un solde que comme un capital.
Et cela est un point essentiel car si nous avons considérés longtemps que la consommation était une destruction, une “consummation”, dont le seul profit se résout dans la joie de l’instant, on a négligé que la consommation est aussi un acte productif, la réalisation d’un investissement. Et tel est le propre des consommations culturelles : la lecture, le cinéma, le jeu n’ont de vertu pas seulement dans l’instant de leur consommation mais dans les effets ultérieurs qui se manifestent dans une plus grande sensibilité, une meilleure qualité de jugement, des gestes plus précis qui s’exerceront dans les consommations futures et en accroitront la qualité.
Pour le dire différemment et plus simplement, c’est aussi le critère qui permet de distinguer le divertissement de la culture. Le premier donne des satisfactions  immédiates et l’oubli, la seconde souvent des malaises mais de plus grands pouvoirs. Le trouble de soi peu conduire juste à une gueule de bois, c’est une mauvaise expérience. L’expérience véritable grandit le sujet et lui donne plus de pouvoir.

Penser l’expérience du consommation n’est pas penser à sa satisfaction et à ses remerciements émus, c’est simplement faire en sorte qu’il se sente grandit et à la prochaine occasion de consommer que son plaisir soit plus intense et son effort plus léger.

PS : un remerciement à Remi Mencarelli dont la soutenance d’HDR a suscité ces réflexions.

Sight