Réseaux sociaux : qu’y fait-on? Pourquoi on les fréquente?

Que fait-on sur les réseaux sociaux? Quels bénéfices y trouve-on? Quelles gratifications y obtient-on? Les fréquente-t-on parce qu’ils  nous donnent des opportunités ou parce qu’ils noient l’ennui? Y va-t-on parce qu’on est malheureux ou parce qu’on est heureux ?

A vrai dire on en sait assez peu. L’étude Wave est sans doute la plus étendue par le nombre des nations qu’elle étudie, mais peut être pas totalement convaincante sur sa méthodologie. L’univers académique néglige cette question pratique préférant des thèses plus audacieuses, ou l’étude de comportements déviants ou périphérique. Et d’ailleurs ce serait bien de l’analyser systématiquement nous savoir quelles dispositions elle met en évidence.

Un jeu de données produit par une des mes étudiantes de master va nous permettre d’aborder la question au moins sur le plan de la méthode. Son jeu de donnée (260 individus) est représentatif du cercle social d’une étudiante franco- russe qui aura recueilli dans une population majoritairement jeune et étudiante les réponses à trois questions :

  1. Quels sont les réseaux que les gens utilisent  et avec quelle fréquence ?
  2. Quelles y sont leurs activités et les gratifications qu’ils en retirent : une batterie de 36 items est exploitée à cette fin
  3. Etes-vous heureux dans la vie ? C’est une approche du concept de Customer Well Being qui semble recueillir un intérêt de plus en plus grand dans la littérature académique.

L’approche ici reste descriptive. Le plus c’est de segmenter sur une base très traditionnelle, mais fondamentale, quels sont les avanatges que recherche les utilisateurs de réseaux sociaux dans l’usage de ces réseaux? La question subsidiaire c’est de comprendre comment ces usages sont liés à leur qualité de vie.

Commençons par le début et par l’analyse des réseaux qu’ils emploient. deux critères sont mis en avant, le sexe et la nationalité. L’un reflète un ordre social qui se perpetue dans la construction du genre, l’autre au moins une différence culturelle façonné par l’histoire, les conditions économiques et sociales. En deux graphiques on y observe qu’il y a peu de différence de genre, mais des spécificités nationales importantes. Si Facebook est dominant en france, c’est vcontack qui semble exploiter la même niche en russie.

Une analyse complémentaire

 

Community Management Cours

Social_Network_Analysis_VisualizationC’est un cours donné à l’ESC La Rochelle qui déborde largement la fonction de community management, et s’intéresse plus largement à l’usage des plateformes sociales dans le cadre des stratégie marketing qu’il s’agisse de maintenir des communautés de marques, d’amplifier la communication, d’acquérir de nouveaux clients. Sa perspective est celui d’une économie politique de plateformes.

Présentations utilisées en cours

Cette année une thématique centrale organise l’enseignement : « Les algorithmes des plateformes sociales »

Évaluation :

Deux éléments contribuent à l’évaluation :

a) Devoir sur table individuel

b) Une étude sous la forme d’un article de 8000 signes portant sur l’utilisation d’algorithme par un réseaux social.

Il s’agira dans chacun des cas d’analyser, sous une forme journalistique, dans quel but ces plateformes sociales emploient certains ensembles d’algorithmes, quels en sont les principes et les effets secondaires.

Quelques lectures