Periscope, la culture des perspectives

1024px-US_Navy_030427-O-0000B-003_Polar_Bear_Attacks_SubA l’occasion d’une nouvelle série de question d’Atlantico à propos de ” Periscope, Snapchat et consorts : comment les applications de vidéo live vont pousser la télévision à se réinventer ou mourir?” deux ou trois idées à propos d’images.

Dans la bataille Periscope vs Meerkat, la bataille semble est remportée par le premier et c’est intéressant car symbolique. Le périscope donne à voir à quelqu’un qui se dissimule sous la surface de l’océan, est-ce celui qui filme ou celui qui regarde?  Le suricate se dresse pour observer au plus loin, c’est la logique du télecope. L’image périscopique gagne sur l’image télescopique. C’est un symbole. Pas par hasard que c’est par ce tuyau que les inepties scandaleuses, et les maladresses officielles, construisent la réputation.

Puisque le sujet était l’impact de ces nouveaux médias sociaux, qui transmettent en live et en vidéo, amenant aux mondes des réseaux sociaux encore plus d’acuité dans le traitement de l’événement, il faut aussi souligner le phénomène de la fragmentation de l’image. La réalisation télévisuelle avait depuis longtemps multiplié ses caméras, pensons aux spectacles sportifs, maintenant elles seront aussi immergées dans la foules et tapies dans les vestiaires. Le neuf c’est que si la fragmentation en plusieurs points de vue étaient réunifiées dans le fil narratif et diachronique de la réalisation,  elle ne le sera plus, présentant de manière synchronique différentes perspectives. Un “polyperspectivisme” qui va au-delà du multi-écran et du multi-canal.

On gardera en tête que dans ce nouveau paysage, l’image n’est pas forcement une représentation, ni à ce titre l’expression du narcissisme, elle est le début d’une conversation, un artefact de la socialité, comme le souligne André Gunthert, dont on lira “la consécration du selfie“. Voilà qui donne au perspectivisme un éclat particulier : ce que l’on dit par le selfie est moins ce que l’on est que d’où on parle. La nouvelle culture de l’image serait ainsi celles des points de vue multipliés et croisés.

Vendredi noir – la valeur de nos données

And your point is?

Et non, ce n’est pas le relatif échec de l’introduction en bourse de Facebook, c’est le lundi que le cours s’est effondré mais le fait que l’intimité de presqu’un milliards d’individus fasse la richesse de quelques uns. Et cette ahurissante histoire que le capital ne se forme plus dans la plus-value tiré de la différence de la valeur de travail et de la valeur marchande, mais dans le fait que ce sont les consommateurs qui fournissent le capital.

Nous l’avons déjà expliqué ici, (et on pourra en écouter une version audio ci- dessous)  d’autres explications sont .

Le prix d’introduction a sans doute été trop élevé, le volume aussi, les spéculations trop hasardeuses, l’avidité sans retenue. Après les consommateurs, ce sont les investisseurs qui se sont fait avoir. Les déboires de ces derniers ne ne sont que des détails face à l’essentiel. L’univers de l’information défie les droits de propriétés.

Ce que Facebook fait n’est pas neuf, transformer la propriété commune en une propriété privée. Faire de nos coups de cœurs, de nos amitiés, de nos goûts, des traces que nous laissons au monde en pensant qu’elles s’effacent comme un parfum sous le vent, sa propriété. Une valeur fragile au fond, qu’il y imposent des droits n’en fait pas encore une valeur marchande. Il ne s’agit pas non plus seulement d’éthique,
L’affaire est discutée depuis longtemps avec la musique, le cinéma, le livre, elle est encore plus claire ici car il s’agit de nos goûts et de leurs expressions. Ce que nous disons à propos de ce qu’on aime a toujours appartenu à ce bien commun, ce qui appartient à tous et à personne , mais permet à tous, de vivre avec les autres. Ce bien là est accaparé comme si on avait volé un rein. 
Il va falloir désormais penser mieux le bien commun. Serait-ce dans une optique transcendante, celle de de Maritain par exemple. Il faudra éclaircir le concept comme le fait avec une remarquable précision Alain Beitone  dans cet article du Mauss en distinguant bien publics, collectifs, et bien tutélaire, montrant ainsi que ce qui fait le bien commun ne se définit pas par les seuls critères économique ( rivalité et exclusion par les prix) mais par un critère politique. On peut donner un prix au rein, au coeur, au sang, et celui qui reçoit le greffon exclue de fait un autre de la vie qu’il rend possible, et pourtant au titre du sacré, ou simplement de l’éthique, c’est par la loi qu’on les a retirés du marché. Nos données ne sont-elles pas aussi nos organes? Mieux un corps sans organe.

Beaucoup plus simplement,  se dire que nos données, nos idées, nos inventions, nos impressions, ne sont pas des biens comme les autres, même si leur incarnation, leur matérialisation, en permet l’appropriation et la marchandisation. Il faut leurs  restituer des droits négociés et sans doute renégocier les droits définis. Pourquoi les œuvres des artistes dont on croit qu’il font partie du bien commun de l’humanité devrait-il durer 70 ans ? Pourquoi pas 20 ans comme le propose Lars Christian Engström ? Pourquoi les molécules qui soignent devraient être protégée 20ans? Pour inciter leurs inventeurs à inventer et jouir d’un droit limité elles sont limitées. Ne discutons pas la durée. Juste le principe. Les œuvres de l’esprit ne peuvent être des propriétés absolues. La société s’est déjà mise d’accord sur cette idée.

On peut donner à Facebook des droits d’exploitation, on doit lui demander de rendre les dividendes au titre d’un investissement en capital. On peut accepter que ses fondateurs et premiers investisseurs s’enrichissent, faudrait-il encore qu’ils rendent au commun ce qui lui appartient. Et quelque soient les causes véritables du fiasco de l’IPO, une fin de cycle du social qui devient une fonction parmi d’autres, des erreurs d’appréciation de la véritable valeur d’une entreprise qui peine à vendre, pire une manipulation boursière, ce à quoi il faudra réfléchir est à la propriété de ces bribes d’information qui ne peuvent prétendre à former des œuvres,  et dont la valeur varie au gré des circonstances et des agrégations.

PS :  les sons sont issus d’une série de chroniques – ClairEco– réalisées par l’agence Moustic The Audio Agency pour le cercle de l’Obsoco auquel nous sommes ravis de participer.

#Icilondres..culture et convention

#radiolondres..
L’observation quotidienne est sans doute insuffisante pour rendre compte de la réalité des médias sociaux, il y a cependant des événements qui sont frappants. Les #, TT et RT font émerger des figures stables autour desquelles s’organisent l’actualité, font figure de point de ralliement et de pivot dans la danse incertaine des informations. Une variante d’actualité se manifeste encore aujourd’hui avec le hashtag #radiolondres, délicieuse invention qui condense l’esprit de résistance, le jeux des frontières, déjouant les interdits et réduisant l’angoisse d’un résultat espéré mais pas encore obtenu. Souvenons-nous que les théories de la rumeur s’ancrent dans l’incertitude.
L’observation est que si la technique met à disposition des fonction : le # pour marquer des mots-clés, le RT pour retransmettre sans peine les message, le twit trend pour identifier ce qui dans l’instant marque l’attention, le contenu est défini par la foule.
Il y a un an, les révolutions du printemps arabes ont pris dans leur intensité et leurs formes l’empreinte de ces médias, et depuis la foule a appris. Un des twits qui circulaient avec le plus d’obstination était une variante celui-ci. Chacun l’entend avec clarté, il est presque inutile d’en faire le commentaire : les dictateurs sont des programmes qu’on installe ou désinstalle comme si au fond c’est à la volonté de l’usager, la volonté populaire, que tiennent les institutions. Une image vaut mieux qu’un long discours, dit-t-on. Cette analyse appartient aux sémiologues de quartiers, elle est interprétation de signe, et sa rigueur est fragile. Mais le phénomène ce reproduit encore et encore.
Nous voudrions analyser différemment ce signe en faisant appel à la notion économique de convention : Elle désigne, comme le rappelle André Orléan « une régularité de comportement R au sein d’une population P telle que : (1) tous les membres de la population se conforment à R ; (2) chacun croit que tous les autres membres de P se conforment à R et (3) trouve dans cette croyance une bonne et décisive raison pour se conformer à R ; (4) par ailleurs, au moins, une autre régularité R’ vérifiant les conditions précédentes aurait pu prévaloir. On trouve cette définition de la convention, par exemple, chez Robert Sugden : « Quand nous disons qu’une manière de faire est une convention au sein d’un groupe, nous voulons dire que chacun dans ce groupe, ou presque chacun, se conforme à cette manière de faire. Mais nous voulons dire plus que cela. En effet, chacun dort et mange, sans que ces pratiques soient des conventions. Quand nous disons qu’une manière de faire est une convention, nous supposons qu’une partie au moins de la réponse à la question : « Pourquoi chacun fait-il R ? » se trouve dans : « Parce que tous les autres font R ». Nous supposons également que les choses auraient pu être différentes : chacun fait R parce que tous les autres font R, mais il aurait pu arriver que chacun fasse R’ parce que tous les autres avaient fait R’ » (Sugden, 1986, 32).
Cela nous permet de mettre en évidence un élément essentiel de la dynamique des réseaux : il n’est pas d’ordre qui puisse surgir du bruit sans coordination. Mais cette dynamique repose le problème peut-être écarté trop rapidement par les conventionnalistes : la genèse de ces conventions. L’observation aussi faible soit-elle comme méthode, permet cependant de suggérer une hypothèse : c’est dans l’imaginaire que les éléments de la conventions se forment, et à ce titre elles doivent être considérées comme des productions culturelles. Des productions particulières car en gagnant une fonction sociale, celle de participer à la coordination des décisions sociales, elles acquièrent une valeur institutionnelle.
Le “uninstall” n’a certainement pas une origine unique, dans les cybercafé de Tunis, et la culture geek des  jeunes arabes frustrés de parole politique la métaphore était sans doute évidente. Dans une France inquiète et ironique, menacée par l’occupation intérieure et l’inversion de ses valeurs, on peut comprendre que les mythologies de la résistance aient fait naitre ou renaître une voie d’ailleurs.
De manière surprenante ce ne sont pas les slogans qui rassemblent mais des signes, signifiant certes, mais assez arbitraire au sens d’accidentel, qui condensent un ensemble vaste et finalement imprécis de significations. En limitant l’analyse aux actions observées dans les réseaux sociaux, on observera que ce signe s’est formalisé dans l’usage du hashtag. Le hashtag est par définition une convention. Il coordonne les flux d’information, sa forme est indéterminée mais une fois adoptée elle est valable pour tous.
L’empirique cependant pose celle question de la détermination. Nous les voyons apparaître en quelques jours ou même quelques heures, et à l’évidence leur apparition résulte résulte de processus d’imitation, de diffusion, de reproduction. Ce sont des mêmes qui semble apparaître dans une dynamique écologique et génétique. Si leur choix est indéterminé pour la bonne raison que leur diffusion répond à une logique de système dynamique, celle de processus darwinien de variation (les tags ont souvent plusieurs variantes ne serait que celle de la langue #12feb ou #feb12 et #12fev), de sélection et de reproduction (l’action du reetweet RT). L’indétermination n’empêche pas de s’interroger sur les mécanismes à la fois de variation et de sélection. Ces mécanismes manifestement sont une reconnaissance sémiotique, d’images profondément enracinée dans l’imaginaire culturel.
Le processus qui favorise la variation est fondamentalement créatif. Celui qui en favorise la sélection doit  sans doute au sens de la formule, à  la maitrise de la syntaxe aussi, un art que certains maitrisent mieux que tous mais qui retire son matériau de l’imaginaire social. Le processus de sélection se tient dans la décision des individus  : diffuser ou non le message. Cette décision tient d’abord dans un effet récursif : les twits les plus retwittés ont plus de chance de l’être à nouveau, car il sont simplement plus fréquents que les autres donnant plus d’opportunité de l’être à nouveau. Elle reste cependant une action individuelle. Chacun devant sa machine, lisant le texte des autres, choisit ou non de rediffuser. Cette décision se forge essentiellement dans le sens donné au signe. Et ce sens se construit dans l’imaginaire de l’on porte, confrontés à nos croyances, ce sens produit des émotions, des sentiments, une prédisposition à l’action, des interprétations.Dans un second temps sans doute, une fois légitimisé, le signe s’imposent à tous, y compris à ceux qui n’en partagent les valeurs.
Dans ce triple mouvement de variation/création, reproduction/rediffusion, sélection/interprétation c’est un laboratoire de transformation de l’imaginaire en éléments culturels qui se constitue. Mais le remarquable est que ce même processus, transforme l’élément culturel en convention. Est-ce une question de degré? Quand la forme atteint un niveau de diffusion élevée ne signe n’est plus l’objet d’une interprétation et d’une délibération quand à sa rediffusion ou son altération, il apparaît comme une règle à laquelle on s’ajuste, le sens compte moins que la fonction de coordination. Il devient conventionnel.

le sens du local

Locus solus
L’idée principale du solomo vient celle de l’importance du local dans le nouveau web, ce web mobile et social, qu’on tient à la main. On ne s’arrête que rarement sur sa signification.  L’internet local  se centre sur le lieu, le moment et son voisinage. 
Il renseigne sur les horaires de cinéma,  le nombre de places de parking disponibles, les horaires de la pharmacie de garde, il checke les restaurants à deux pas, il dialogue avec des bornes urbaines, défile la liste de course sur le caddy, il gère les points de fidélité au contact de la caisse, il avertit de l’état du trafic et de la météo.  Il semble être de plus en plus présent et domine peut être l’espace de nos écrans.
Une première explication consiste dans une évolution de la population. A force de toucher un nombre de gens croissant, l’internet change dans la structuration des activités principales. Au début quand le web était l’affaire des plus riches, des plus éduqués, de ceux qui avaient le plus d’intérêt, l’offre s’est constituée sur la base d’un réseau de sites encyclopédiques, de catalogues, de quelques journaux et de portail facilitant l’accès à de nombreux documents. Ces sites œuvre comme des ponts entre ceux qui à travers le monde partagent le même intérêt.  En grandissant, la toile s’est peuplées de millions de fenêtres dont l’accès est permis par les artères des moteurs de recherche. La nature de l’information proposée est largement statique, la connaissance qu’elle offre est générale, et son usage est faiblement liée à aucun contexte d’utilisation.
La seconde vague du web accompagne et entretient la croissance des taux de pénétration et révèle les attentes des nouvelles populations concernée par l’internet : une attente de socialisation, d’interaction avec les autres : les plateforme qui émergent et dominent sont celles du social. Elles réunissent des réseaux de personnes, les contenus perdent de leur systématique, ils se présentent comme le flux contingent des relais et des productions de nos voisins. La source d’information qui était délocalisée est relocalisée.
Avec le mobile c’est une autre population encore qui est atteinte : celle qui ici et maintenant, là où elle a besoin d’information sur ce là ou elle est. Et cette population cherche des horaires de trains, les heures d’ouvertures de la pharmacie de garde, une adresse, cherche à s’orienter..C’est l’usage de l’information qui à son tour est relocalisé. Le rôle des applis et des apps markets est essentiel. Leur usage s’appuie sur un principe de proximité, la géolocalisation est la clé de recherche. C’est un nouveau web qui prend le visage de l’environnement proche.
Source
Cette analyse en terme de superposition de populations dont les comportements son différents est cependant incomplète, car elle ne tient pas compte de la superposition des offres. 
Si la première génération d’internautes ( les 30%) privilégiait une recherche d’information délocalisée (le catalogue digital est partout et nul part, consultés de partout) c’est aussi qu’elle n’avait pas le choix. Naturellement à partir du moment où elle a pu disposer des plateformes sociales, une partie de leurs activités s’est déplacée et que leur activité globale a augmentée. Les nouveaux venus, s’ils ont fait connaissance avec le web d’abord par les messageries et les réseaux sociaux, et en font désormais leur point d’entrée, acquièrent aussi les anciens usages. 
Aujourd’hui en s’équipant de terminaux mobiles, le même phénomène se produit. Pour beaucoup c’est par l’usage des applications, et bientôt les interactions avec les multiples machines distribuées dans l’espace (automate, caisses, panneaux digitaux..), que passe l’usage du net.
Le test de cette hypothèse de changement de population mérite une analyse plus affinée qui requiert de suivre des cohortes. IL n’est pas sur que de telles études aient été entreprises et le lecteur qui en connaîtrait l’existence est aimablement invité à en faire part dans les commentaires. 
Source
Mais il y a cependant quelques indications. A ce moment de l’histoire où le taux de pénétration de l’internet croit presque linéairement dans le monde pour arriver au stade où plus d’un tiers de la population mondiales est connecté, le modèle américain d’usage donne quelles indications. Si la pénétration de l’internet est de 80% toutes catégories d’usage confondus alors que 76% le sont à la maison, c’est qu’une part de ceux qui se connecte le font au travail ou ailleurs. On remarquera avec attention cet accroissement des autres lieux qui incluent sans doute les situations de mobilité – un taux de pénétration de 32% est enregistré, et surtout l’accroissement substantiel – il double en 10ans –  du temps passé sur les écrans.   A l’évidence chacun des lieux réclame une information différente pour des usages distincts. La diversification des usages en accroît le volume et la diffusion.
La dimension locale de l’internet se serait donc développée par de nouvelles populations d’utilisateurs, et l’accumulation des usages. Elle implique une transformation dans la localisation des sources d’information et de son usage. De ce double critère on en déduit une typologie des espaces internet. Si le premier aujourd’hui s’est largement structuré autour des moteurs de recherches, trois autres sont en plein développement. Le web social poursuit le développement de sa couverture et connait un nouvel essor avec les mobiles. Le web serviciel, moins médiatisé, poursuit lui aussi son développement. Un web local, voir hyperlocal,  est en train de se structurer autour des techniques de géolocalisation. De nouveaux espaces et de nouveaux modèles d’information qui se superposent.

Social grooming – la relation comme toilettage

Social grooming
On le rappelle un peu partout, la relation est une question de conversation et il ne suffit pas, sur les réseaux sociaux, de diffuser l’information mais il faut aussi engager et s’engager. 
Un engagement qui n’est pas qu’un simple « commitment », mais se traduit par des actes effectif de défense, de militantisme, de manifestation de soutien. Croire que maintenir le lien est important, mais pas suffisant. S’attacher est bien, mais le cœur de suffit pas. Il faut agir. Aussi bien la marque, que le client. Mais par quelles actions ? On comprend bien que rien d’exceptionnel n’est attendu, ni ne sera possible, que c’est plus une série continue de petites actions, de réactions, de signes échangés, d’attentions qui constituent le flux de l’engagement.
Quant à le théoriser, un concept venu droit de l’éthologie est bien utile. Celui de toilettage social dont Dunbar ( encore lui), s’il ne l’a pas découvert, en a fait une hypothèse clé dans la formation du langage. Judith Donath reprend cette idée en 2008, tout en la rapprochant de la théorie du signal bien connu en économie et en marketing, ainsi qu’en biologie avec cette idée de Zahavi que les signaux couteux dans les parades nuptiales sont évolutionnairement favorable même s’il font de son émetteur une proie visible. C’est le paradoxe du paon. Et sans doute pose-t-elle la bonne question en proposant que les changements de statuts et l’ensemble de l’activité déployée sur les réseaux, manifestent l’attention que l’on prête à autrui. On pourrait dans cette voie s’interroger sur la signification de la distributions des signaux en terme de coûts quant au intention de relation. On citera aussi Tufekci Z. (2008) dans la même veine.

En fait peu d’études sont consacrées à ce sujet, encore moins d’études empiriques, et l’on citera volontiers cette de Nelson et Geher qui proposent une échelle dans le cadre d’une analyse de relations de couple, amoureuses ou non, et cherchent à corréler l’activité de grooming à la confiance, à la séduction et au renforcement des liens ( sans obtenir de clairs résultats : le toilettage est-il une cause ou une conséquence du lien?)

1. I run my fingers through my significant other’s hair. 
2. I remove dry or flaking skin from my significant other’s body.
3. I wash (shampoo) my significant other’s hair/body while showering/bathing together.
4. I shave my significant other’s legs/face.
5. I squeeze/pop my significant other’s pimples, blisters, or other bumps (zits).
6. I wipe away my significant other’s tears when he or she cries.
7. I brush or play with my significant other’s hair.
8. I massage my significant other (non-sexually).
9. I wipe away or dry liquid spills off my significant other.
10. I clean/trim my significant other’s nails/toenails.
11. I brush dirt, leaves, lint, bugs, etc. off of my significant other.
12. I scratch my significant other’s back or other body parts.
13. I wipe food/crumbs off my significant other’s face/body.
14. I tweeze/remove eyebrow hairs or other body hair from my significant other.

On imagine assez aisement d’en construire une du même genre dans l’environnement digital. Like-t-on ses amis ? Retweete-t-on ses posts ? Commente-t-on ses G+, prendt-on soin de ses FF….Mieux on imagine toutes sortes d’hypothèses : la confiance facilite-t-elle le toilettage digital ? Où le toilettage construit-il la confiance ? Est-il lié à la taille des groupes ? À l’efficacité des retweets ? Favorise-t-il la lecture des messages ? Les actions qui s’ensuivent ? Encourage-t-il le partage d’information?
On comprend que de telles hypothèses aideraient les community managers à être plus efficaces et plus influents, on comprend tout aussi bien l’importance de cette question dans les politiques de communication des marques sur les réseaux. D’un point de vue plus théorique, il y aurait matière à renouveller la réflexion sur la nature de la relation en ne la posant plus exclusivement en terme de confiance et d’engagement comme on le fait depuis Morgan et Hunt, mais en la ramenant à cette pragmatique de la conversation où les messages comptent moins par ce qu’ils disent que par ce qu’ils font.
Refs :

Tufekci Z. (2008). Grooming, gossip, Facebook and Myspace. Information, Communication, & Society,11, 544-564.

Judith Donath(2008) Signals in Social Supernets MIT Media LabJournal of Computer-Mediated Communication 13 (2008)
Holly Nelson & Glenn Geher (2007) Mutual Grooming in Human Dyadic Relationships: An Ethological Perspective, Curr Psychol (2007) 26:121–140
 

Pourquoi partage-t-on nos contenus et recommandations?

Le marketing du web doit tirer de la dynamique sociale la matière de sa diffusion. C’est l’action de recommandation qui devient le relais essentiel, notamment dans un secteur comme le transport et le tourisme où une grande partie des commandes est faite par le net et grâce à la recommandation des internautes.

Nous avions déjà fourni une première liste de motivations, il fallait bien en faire un premier test. Juste une petite enquête pour opérationnaliser ces 11 premières motivations. Et c’est ce qu’une de nos étudiantes de Master,  LE Anh Ngoc s’est empressée de faire en prenant le cas du tourisme pour son mémoire. Une enquête légère auprès de 240 individus dont le seul but est de comprendre la structure de ces motivation avec une batterie de 24 propositions, suivant le protocole traditionnel de construction des échelles de mesure.
Et d’emblée un résultat étonnant de simplicité mais remarquablement clair. 4 facteurs principaux qui émergent, quatre types de motivations.
  • L’égoisme : il rassemble aussi bien la cupidité que l’orgueil, et un examen de sa sou-structure fait apparaitre trois facettes : reconnaissance de soi, expression de soi, et réalisation de soi.
  • Le souci d’équité qui prend la forme d’une volonté de la vengeance ou celle de l’encouragement quand l’expérience a été appréciée.
  • La norme de réciprocité  qui semble naitre de l’espérance que les autres nous aident, et de l’obligation d’aider ceux qui nous ont aidé
  • La praticité : facteur marginal, il marque que l’espace des médias sociaux est une alternative à la réclamation .
On laisse aux amateurs le soin d’examiner la solution factorielle obtenue. Elle est brute simple, et méritera tous les raffinement possibles, il ne s’agit encore ici que d’un pré-test et l’échantillon limité et pas tout à fait contrôlé n’a de valeur que de banc d’essai.
En dépit des imperfections, des éléments intelligibles apparaissent. Le premier dans le schéma final se révèle avec les profils de motivations selon la fréquence de publication. Le centre de gravité est représenté par ceux qui le font occasionnellement. Ceux qui n’ont agit qu’une fois (ou deux) l’on plutôt fait par esprit de vengeance et parce que la méthode est une alternative à des réclamation ou des rétorsion traditionnelles. Ils le font peu pour se faire valoir. En revanche ceux pour qui l’activité est fréquente y trouvent une satisfaction toute personnelle, pour le bénéfice matériel si les contenus sont récompensés, la réalisation de soi ou l’admiration et la flatterie. C’est au fond bien naturel et il n’y a pas à s’étonner que ceux qui agissent le font par intérêt. L’étonnant est ailleurs, dans l’espérance de réciprocité – publier car on a été aidé par les publications des autres et donner son avis pour aider les autres. Quant à la vengeance elle est dominée chez les forts contributeurs par le désir d’encourager.
On pourrait voir dans ce portrait la logique de l’estime de soi. Les motivations agressives sont des actes isolés,  les motivations constructives nourissent la fréquence de publication. C’est une bonne nouvelle qui signifie que même si les contributeurs sur les réseaux sociaux sont minoritaires ( moins d’un tiers), leurs actions est positive : encourager et échanger pour son plus grand profit.

Avant d’en regarder les résultats, poursuivez l’expérience avec nous en répondant au questionnaire.

La douleur du curateur

rage de dents

Paper.Li a fait le buzz, Qwiki vient doucement par invitation. Pearltrees est un must des geek. Le leader et l’inventeur est sans doute scoop-it. Des plateformes et services différents qui partagent un même principe : composer une ligné éditoriale à partir de contenus produits ailleurs : vidéos, post, images, documents que les producteurs éditent sur de multiples plateformes et qu’on associe dans un même espace.

Une sorte de Djing textuel : mixer des textes et des documents qu’on a pas écrit, pas photographier, pas dessiner, pas mis en scène,  pour composer un journal neuf, une édition originale, un collage.

Incidemment ces outils créent un rôle nouveau dans les métiers du marketing digital : Le curateur. Terme qui se traduit littéralement par conservateur. Et c’est bien ce dont il s’agit : l’action sur l’édition n’est plus qu’un choix de texte mais la conservation d’un portefeuille de sources. Collecter, maintenir, exposer. Le curateur est un rédacteur en chef sans journaliste, un général sans troupe, un éditeur sans écrivain, ce triste directeur de musée qui monte de belles expositions en mendiant des œuvres qu’il ne possède pas et qu’il n’a pas produites. Les conservateurs ont le triste privilège de venir après l’art, pour maintenir  les œuvres au-delà de la mort. Les conserver et les restaurer. Mais le curateur digital ne jouit même pas d’être un gardien de cimetière!
C’est bien de drame de l’information. Quand la marque doit survivre en produisant chaque jour un contenu qu’elle ne peut pas produire, il faut bien compter sur l’abondance d’un production qui se fait ailleurs. Quand les musiciens deviennent bien trop chers les boites de nuit les remplacent par des DJ. Heureusement qu’il y a des David Guetta.
Mais pas de Dj sans technologies, sans table de mixage, sans automate qui ajuste les rythmes et les clés, permettant d’assembler ce qui ne partage rien, et donne l’illusion d’un tout, d’une création. Ces tables de mixages textuelles aujourd’hui permettent aux documentalistes de créer en clin d’oeil une revue de presse qui prend l’apparence d’un journal.
Les choix diffèrent quant à la règle de composition : Paper.li puise son inspiration du flux de messages twitter que l’on reçoit automatisant l’édition à partir d’un flux intense. En décryptant les mots clés, les citations et les contenu, il répartit l’information dans une page composée comme un journal : une Une, des brèves. Qwicki se comporte plus comme un moteur de recherche, il crée des documentaires multimédias, des sorte de reportages condensés et structurés par une ligne narrative. Scoop-it laisse une plus grande liberté de choix, la composition y reste en grande partie une liberté éditoriale, Pearl-tree maintien l’illusion d’une pensée raisonnée en enfilant les perle sur les branches du lieu commun..
Dans tous les cas, ce qui est partagé est de maintenir un rédacteur en chef en se séparant des reporters, une ligne éditoriale en se passant d’écrire, et même d’abandonner aux machines le soin de composer le numéro.. Le curateur – le conservateur, ne commande pas les œuvres ni n’en accompagne la création, il se contente de les recueillir et de les exposer. Son autorité est celle de dire ce qui est le bon goût et sa raison d’être est de faire à la place des spectateurs le tri entre le bon grain et l’ivraie, et d’arranger dans son expositions des pièces disparates pour donner l’illusion d’une cohérence, pire d’une production originale. Le curateur rêve d’être un artiste, mais il se contente de curer les canalisations du web, d’y ratisser les pièces les plus intéressantes, il n’est même pas responsable d’en préserver le bon état.
C’est un sélectionneur dont le mérite est de réduire l’effort des amateurs. Et si nous le peignons avec une certaine aigreur, c’est que son rôle le plus noble, celui de donner au catalogue un sens et une idée, il l’abandonne aux algorithmes des plateformes qui facilitent sa tâche. Il collectionne sans maintenir ni restaurer les œuvres, il choisit sans être maître de son exposition.
Il est l’auxiliaire des nouvelles machines qui produisent sur mesure les synthèses qu’exigent les spectateurs pressés dans le temps qu’ils peuvent consacrer à la visite de l’exposition et la masse des informations qu’ils reçoivent. C’est un métier qui nait moins de la nécessité de mettre en forme les documents – c’etait le rôle des éditeurs, que de celle de faciliter au public la lecture d’un livre social qui dépasse ses capacités et ses intentions.
Les nouvelles techniques du filtrage inventent un nouveaux métier de l’infomédiatisation. Celui du collage. Pas de ciseau pour découper les articles de presse, juste un clic pour ajouter à la une des nouvelles écrites ailleurs. C’est un de ces métiers malheureux que la surabondance de l’informtion nécessite. Il y aura sans doute des curateur de second ordre, des grossiste de la news qui prendront aux conservateurs le soin de sélectionner à la source.
C’est un métier qui n’a que quelque mois d’age mais grandit à mesure que ce qu’on est capable d’écrire et de créer est bien insuffisant au regard de ce qui doit être diffusé. C’est un de ces métiers qui nait de ce que l’on produit ne peut plus être absorbé par le public. Les curateurs trient l’information comme les recycleurs les déchets. Ils vont être de plus en plus nombreux pour préserver ceux qui décident de la maladie terrible qu’est l’infobésité, cete abondance d’information qui paralyse la décision.
Le remarquable est que de très beaux outils renforcent leur raison d’être. Ces nouveaux outils de publications vont faire naitre une nouvelle race d’informateur qui n’écrit pas, ne produit pas, a peu d’idées, mais fait de la censure un art. Ils ne critiquent pas, juste se contentent au fil du flot de choisir ce qui à leur yeux et à ceux de leurs employeurs mérite d’être retransmis, rediffusé, communiqué à ceux que l’information menace de submerger. 
On devine que ce métier durera peu, les machines se préparent déjà à les remplacer.

« Revolution will not be televised » : Satisfaction, Révolution et Hystérésis

Crédit photo
La chanson de Gil Scott-Héron illustre largement un point de vue qui s’est exprimé à propos de la révolution tunisienne : la révolution ne se fait pas plus à la télévision que sur Twitter. La force de la colère se suffirait à elle même. C’est sans doute un point de vue romantique qui ne correspond pas tout à fait à la réalité, de même que croire que les médias anciens ou nouveaux se suffisent à eux même. Dans un registre moins grave, la grève des abonnés de la SNCF pose la même question. Relayée dans de nombreux groupes Facebook, réverbérée par les grand médias, l’exaspération de nombreux voyageur est devenue l’objet d’une négociation publique.
Ces deux évènements, de nature différentes et d’ampleurs différentes donnent cependant une matière à penser le rôle des nouveaux médias – ou le rôle nouveau des médias – en s’appuyant sur l’idée géniale que A.O Hirschmann a formulée depuis bien longtemps. Deux réponses sont possibles en cas d’insatisfaction : la défection ou la protestation, sortir ou gueuler, exit ou voice. Deux réponses de nature différente : l’une silencieuse est de nature privée, l’autre bruyante prend la forme de l’action publique.
Une interprétation plus fine requiert une formulation en terme d’hystérésis qui n’est pas nouvelle en marketing ni en matière de satisfaction. On peut représenter les choses de la manière suivante : la probabilité de protester (ou inversement de se taire) est fonction de la variation d’insatisfaction.
Dans le schéma précédent l’accroissement de l’insatisfaction a peu d’effet sur le comportement jusqu’au point où il provoque de manière catastrophique un changement dans la nature de la réponse. Ce changement peut être attribué à un effet de seuil, mais aussi plus simplement à l’écho que rencontre l’insatisfaction : même si on ne proteste pas on en parle entre soi jusqu’au point où chacun sachant le désarroi des autres une autre réponse que le silence, le murmure, la désaffection semble rationnelle.
Dans le cas de la Tunisie il semble clair que le fait d’avoir vu un homme simple hurler de douleur et brûlé a convaincu ceux de sa vie a changer d’attitude, et que les manifestation de sidi Bouzaid ont convaincu d’autres à changer de registre. Il en est sans doute de même pour les voyageurs de la SNCF : que quelques uns décident de ne plus montrer leur titre de paiement amène des autres non pas à les imiter, mais à se convaincre de l’inadéquation de leur réponse usuelle : le bougonnement.
Il faut aussi envisager le chemin inverse. Quel est l’effet des mesures d’apaisement destinées à réduire l’insatisfaction? Et bien, rien du tout, quand tous protestent même si l’insatisfaction est réduite, la probabilité de ne plus crier diminue faiblement. Le retour au chose normale est difficile même quand on fait tout pour y revenir (B). Et même totalement réduite, il en reste des traces. Cette asymétrie est fondamentale. Elle explique assez bien pourquoi on ne fait rien alors qu’il faudrait agir et pourquoi quand on agit il est souvent trop tard : en extrapolant linéairement l’insatisfaction on ne s’attend pas à la révolution, et quand on croit faire sérieusement marche en arrière on entame assez peu la volonté de révolte.
Revenons maintenant au rôle des médias sociaux. A l’évidence il ne sont pas la cause de la révolution tunisienne, ni celle des révoltés de la SNCF. Les causes sont dans un cas l’insupportable prévarication du pouvoir, et dans l’autre ces retards mal compensés et répétés. Mais dans un cas comme dans l’autre, ils ont très certainement accéléré la prise de conscience sociale de l’insatisfaction des autres, rendant plus probable la réponse à un niveau moindre d’insatisfaction. Ce qu’on représente dans la figure suivante.
 Il y a donc là une hypothèse vraisemblable à tester. Une double hypothèse : d’abord que l’effet d’hystéreris se justifie par la réflexivité des médias ( ancien ou nouveau), c’est le reflet dans le regard des autres de sa propre colère qui rend plus vraisemblable la réponse publique; ensuite que les médias sociaux accentue cet effet rendant plus probable à des niveau plus faible la protestation dans l’espace public. Dans la mesure où chacun possède son média personnel, y produisant et y consommant une information de proximité (spatiale et sociale), par rapport à un monde où l’évènement est reflète par les grands médias avec une grande sélectivité, on peut s’attendre à ce que les insatisfactions produisent plus fréquemment des mouvement collectifs. 
Pas toujours des révolutions, ni même des émeutes, mais au minimum des actions publique et collectives. Les révoltes ne sont pas des produits médiatiques, mais les nouveaux médias risquent de faire s’enflammer plus aisément les foyers de colère et rendre plus difficile leur extinction.

Au fil du feed : paper.li

Paper.li débarque en France, et semble largement se diffuser si j’en crois ma time-line. 
Paper.li est une simplicité déconcertante. C’est un journal, une page et une adresse composée comme la Une de nos quotidien, mais nourrie par l’es informations indexées le jour précédent par la horde de ceux qu’on suit sur twitter. Pour créer ce journal, il suffit de donner son login. Quelques minute d’analyse et la page est publiée. Efficace et beau. A ce jour la version est minimale, on ne peut paramétrer les comptes. Choisir un modèle d’édition, donner des priorité. L’engin fonctionne seul. Il envoie chaque jour l’édition du jour.
Quel engin dérrière qui décode les twits, séparant les hashatag, réponses, RT, et ramène à la surface les contenus des adresses raccourcies, et les distribue entre des catégories, leurs alloue une place et compose la page? Nous sommes curieux de le savoir, plus encore d’une version qui pourra permettre d’agir sur ce paramétrages, donnant plus d’importance à certaines sources, favorisant certains mots clés.
Cette couche superposée sur la couche des conversation de twiter remplit un double rôle de filtre et de mise en valeur. Le fil twitter que l’on ne peut raisonnablement suivre s’il l’on a plus de 200 à 500 suivants, pour nourrir convenablement notre appétit d’information doit être retraité. Filtrer d’une part pour éliminer les scories, brouillons, redondance, mais aussi classer hierarchiser et marquer ces différence par une capacité d’attraction de l’attention plus forte. C’est exactement ce que fait paper.li et que d’autres services font vraisemblablement.
On comprend du même coup le rôle de twitter, celui de nourrir le fil de nos information, non seulement par l’alimentation – ce qui est deja bien fait quand notre sélection de sources est avisée, mais aussi la digestion. C’est le rôle d’applications et de services comme paper.li. Les applications sont évidentes : la veille, qui peut ainsi être mieux distribuée, le compagnon d’un blog, les revues de presse. Répondre à la nécessité d’arrêter le temps dans un espace, de saisir le stream dans son ensemble.
Sans doute le prototype d’une évolution des plateforme qui associe crowdsourcing, personnalisation, filtrage auto-contrôlé et collaboratif, mashup ( car c’en est un), visualisation et design.C’est un produit d’une start-ip suisse, smallrivers.com  localisée au sur le campus du Swiss Institute of Technology EPFL. Une idée européenne.
La leçon est claire : le nouveau monde du digital n’est plus un problème de production de contenu, il n’est plus un problème de recherche du contenu, il est encore un problème de mise en relation des producteurs de contenus, il devient de plus en plus un problème de filtrage du contenu. Cette avanture apporte l’idée d’une solution, avec l’élégance de reprendre les code d’une vieille institution : celle de la presse.

A lire aussi 

Crédit photo

    L’architecture des médias : la famille, les amis, les alliés

    Si les agences promeuvent cette idée que le marketing doit fonctionner à 360°c autour du client, l’idée tourne en rond. Oui ! Le client doit être au centre. Oui! Il faut mettre en œuvre tous les canaux de communication possibles autour de ce point central. Mais….

    En agissant ainsi, le client est cerné et son horizon est fermé, où qu’il tourne le regard un canon à message pointe sur son visage. Et de client, nous n’en connaissons pas d’unique. Il y en a mille, et la plupart sont insensibles aux canaux qui déversent leurs eaux. La métaphore était forte mais inexacte. C’est au moment où justement la majorité des clients est exposée à l’ensemble des médias qu’il faut renoncer à cette perspective intrusive, qui ne tient compte ni de la diversité des publics, ni de cette exigence première que le client demande une sorte de respect qui se concrétise simplement dans le droit de choisir et dans une certaine liberté d’action.

    Alors renonçons à cette métaphore, abandonnons les illusions ubiquitaires et omnipotente du multicanal, révisons nos idées à partir de quelles idées simples.

    La première, dans une orientation client du marketing, est que nos clients diffèrent moins par leur valeur que par leur degré d’engagement et de participation. Inutile de brandir tous les canaux, il faut adresser ceux qui conviennent au degré d’engagement que témoigne chaque client. Donnons à ceux qui veulent parler, commenter, discuter, relayer, les médias sociaux. Laissons à ceux qui juste veulent être informés, des médias continus et doux. N’hésitons pas à utiliser les mass médias pour les indifférents qui cependant acceptent qu’on les interpellent en douceur dans l’espace public. L’adéquation des médias à l’audience reste une question d’étiquette. Quand et par qui accepte-t-on d’être interpellé est la question principale que l’on doit se poser.

    Une seconde idée est qu’il n’y a pas de client isolé, ni même de segments distincts. Les audiences interagissent. Elles se constituent dans une écologie fragile, les connaisseurs des systèmes dynamique en apprécient la nature, celle des interactions. La communauté qu’on abreuve quotidiennement d’informations dans une plateforme sociale interagit avec son cercle d’amis qui sera d’autant plus sensible à ses relais qu’elle entend par ailleurs le bruissement de la marque. Dans cette perspective, il n’y a plus de segments isolés, mais des groupes qui interagissent. L’action sur l’un à des effets indirects sur l’autre, et le mix des médias doit avoir pour finalité de produire les interactions les plus positives possibles.

    Comprenons qu’avec cette idée il faut abandonner la conception traditionnelle de la segmentation pour adopter un point de vue écologique. Un segment est une population qui réagit de manière homogène à un segment en influençant de manière uniforme d’autres segments. En segmentant il ne s’agit pas d’isoler un groupe qui réagit de manière homogène à un programme d’action donné, mais d’isoler un groupe qui en influence d’autres de manière régulière. C’est au fond une vieille idée dont nous n’avons pas tiré toutes les conséquences. Il est temps de l’approfondir.

    Une troisième idée est que les médias eux-même interagissent. L’opération de relation publique fournit aux sites web la matière à un contenu. Les articles et documents du site sont matière aux retweets et aux mises à jours des médias sociaux, cette matière suscite les commentaires, les approbations et les actions. Les médias ne sont pas que des canaux. Ils sont la matière même des canaux. Ils absorbent, digèrent, transforment. Ils sont autant contenant que contenus. Ils se hiérarchisent dans un rapport de production et de transformation.
    L’effet de l’un est le contenu de l’autre. Ainsi la rumeur véhiculée par les médias sociaux peut devenir le contenu des mass médias, tout comme l’information exclusive devient la matière des blogs.

    Nous avons assez pour conclure. Si l’organisation fondamentale de l’utilisation des médias se distribue en fonction des audiences et de leur double structuration, une structuration primaire en termes de degré de participation et une distribution secondaire en terme d’interaction, il faut tenir compte des rapports de transformation de l’information qui s’établissent d’un média à l’autre. C’est en comprenant cette double dynamique qu’on pourra penser une véritable architecture des médias.

    D’un point de vue pratique on en devine une structure fondamentale. Le précurseur de toute communication est très certainement l’évènement. Ce peut être le lancement d’un produit, une fête, une décision, un rachat, une vente, un contrat, une conférence, n’importe quoi qui peut être l’objet de commentaires, de spéculation, de discussion. Une matière à raconter une histoire. Une saga, un roman, un feuilleton, une épopée. Une geste, un conte, une simple chronique. Un récit, un mythe, une fable. Une histoire. Mais il y a le support. Des images, des textes, des films, des documents, des archives, cette mémoire dans laquelle on prend, on pique, que l’on explore.

    Et il y a les jours, un journal où l’on publie l’instant et où l’on rappelle le passé. La forme du blog n’est pas une invention, juste la réinvention de cette chronique qui se tient sur les murs et les registres pour transmettre jour après jour la préoccupation de celui qui veut parler, journal intime ou public, il s’agit d’un média qui porte la vérité des faits et de leurs états d’âmes.

    En un troisième étage on trouve ce cercle des intimes, ce clan des fanatiques, cette communauté de pensée qui donne écho à l’histoire moins en la commentant, qu’en la célébrant. L’hagiographie participe étroitement à la propagande, les réseaux sociaux numériques en sont la forme moderne. Et autour de cet édifice ne négligeons pas les formes brutales et massives des mass média et de leurs cousins les médias directs.

    On imagine aisément que l’organisation des médias suit la nature de la communication. Puisque l’attention est sélective, et que la participation est marginale, c’est une structure en écaille d’oignon, qui distribue les moyens et les cibles, jouant de toutes les interactions possibles selon un gradient d’engagement. La famille, les amis, les alliés.

    A lire aussi :
    – Video did not killed the radio star
    Les effets limités des médias sociaux