Les artisans face aux plateformes : les machines ont encore besoin de nous

5356204261_be99dd2b17_o25 sept. Après cette interview dans Atlantico : Après les taxis Uberisés, les artisans “Amazonés” ? Le défi d’une économie d’indépendants confrontés à la concurrence des géants du Web voici l’occasion d’en parler directement avec des entreprises et des artisans de l’énergie suite à une invitation de Synerciel, lors d’un salon de l’habitat en province.

….

26 sept Et voici quelques remarques après-coup. Le public était composé de chef de petites ( et moins petites) entreprises spécialisée dans la rénovation énergétique. Dans ce marché un peu particulier le rôle d’une entreprise telles que Synerciel est de récupérer auprès des artisans des certificats d’économie d’energie que les obligés doivent racheter pour satisfaire les obligations imposée par la loi de 2005. Au-delà, l’entreprise anime un réseau de plus de 2000 PMEs.

La première chose est l’attention extrême du public pour cette sorte de synthèse de l’internet d’aujourd’hui dont ma thèse est qu’il est dominé par les plateformes et les données, qui en maitrisant la coordination des activités les plus triviales, sont en mesure d’une part de dégager des gains de productivité élevé dans le champs de la consommation, et d’absorber par cette intermédiation une grande part des profits dans de nombreux secteurs. L’uberisation n’est pas le remplacement des taxis par autre chose, mais l’absortion des marges par celui qui coordonne une demande diverse avec une offre aussi diverse. Un booking.com réalise la même chose dans l’hôtellerie, la nouvelle de la consommation collaborative à la AiRnB au fond réside dans une ouverture de la plateforme à des acteurs non professionnelles ce qui accroit les économie de diversité (longue traîne) tout en exerçant une pression forte sur les prix qui dynamise en retour le marché. Et ce public dont la culture est avant tout celle du métier et de la technique (pensons aux cités de Thévenot et Boltanski) a parfaitement entendu le message, et parfaitement compris la menace, même s’il n’est pas au fait des raffinements de la théorie économique.

Leur question principale bien sur a été de savoir comment se défendre et résister à un rouleau compresseur qui ne va pas tarder à se mettre en branle : il suffit de jeter un coup d’oeil à la nouvelle aventure d’Amazon Home Service.

J’avoue n’avoir pas pris suffisamment de temps pour répondre à cette question et je ne crois pas qu’on puisse répondre simplement. Il y a tout de même quelques pistes que je souhaiterais mentionner ici.

La première est la nécessité d’une transformation culturelle et de l’identité professionnelle qui soit telle qu’en plus de l’attention au métier qui se caractérise en autre par la nécessité d’intégrer sans cesse les innovation techniques des produits et des savoirs faire du secteur, une attention grandissante doit être accordée à la relation commerciale : peu on des sites, moins encore sont dans les réseaux sociaux, et s’ils ont consciente de leur néçéssité, il leur manque moins que des outils (qui sont simples et peu coûteux) que le sentiment d’urgence qui doit les conduire à gérer leur e-réputation comme le jardinier soigne ses plantations.

La seconde est qu’au fond les plateformes ne sont pas un ennemi direct, dès lors que la culture qu’on vient d’évoquer, ces plateformes peuvent pour nombre d’entre eux, les plus honnêtes, les plus sérieux, les plus coopératifs, une source d’affaire importante. N’oublions pas que dans ces métiers ( la rénovation de l’habitat pour le dire vite), le plus difficile est la transformation commercial : des clients novices et méfiants ont tendance à procastiner et reporter leur projets à plus tard.  Apprendre à travailler avec les plateformes peut permettre de bénéficier des gains de productivité relationnelle qu’elles apportent.

Il va de soi elle restent un ennemi indirect dans la mesure où elle organise la compétition et la rendent plus féroce à la fois en faisant entrer dans le marché des acteurs à temps partiels, les amateurs éclairés et les géniaux bricoleurs du dimanche, tout autant qu’elles déstructurent l’organisation de marché locaux au profit de quasi-marchés : des marchés de réputation. Pour les spécialistes notons que les notes et les avis ne traduisent pas forcément la qualité réelle des services, mais révèlent plutôt des attributs conventionnels. La quantité d’information qu’elle font circuler ne correspond pas forcement à une plus grande information. Ainsi les photos des membres des plateformes ne dise rien de la qualité des services offert, mais donne l’illusion d’affinités. On sait que celà peut créer des effets discriminatoire, quand dans la société les stéréotypes raciaux, religieux ou sociaux sont fortement développés.

Une réponse à cette menace me semble très simplement résider dans la nécessité du regroupement et de la fédération, sans doute au travers des formes traditionnelles de la coopérative, et moins sous celle plus corporatives des chambres de métier. Des coopératives de moyens qui naturellement ont à prendre en charge un travail de prospection et d’acquisition électronique qui ne peut que difficilement être réalisé individuellement, à animer un réseaux d’échange de services pour accroitre l’étendue de l’offre et des services ( à la manière des districts industriels), à entretenir des solidarités entre des entreprises fragiles par la taille et la nature. Il y a dans le monde de l’artisanat sans doute à emprunter au mouvement coopératif agricole des années soixantes jusqu’à aujourd’hui, ou encore à ce mouvement récent des centres médicaux chez les médecins. Sans doute cela demandera-t-il aussi un changement de culture professionnelle.

Une dernière voie de réflexion tient à l’évolution même de l’internet des objets qui aujourd’hui se manifeste plus par les objets eux-même que par ce qu’il est véritablement: un système gigantesque de feed-back sur nos activités quotidienne, et en l’occurence sur les évènements microscopique de la vie de la maison : éteindre une lumière, augmenter la température de la maison, verrouiller les portes avant un voyage, surveiller le chien errant qui s’immisce dans le jardin. Il y a aujourd’hui la croyance naïve qu’enregistrer ces faits et les retransmettre sous la forme de tableaux de bord ou de notification suffira à changer les comportements des consommateur dans le sens d’un meilleure contrôle de soi et de son environnement. Ce n’est pas parce qu’on dispose d’une balance connectée qui trace nos courbes de poids que l’on réussi à maigrir. On a souvent besoin d’un coach. Dans des métiers qui s’organise autour de chantier, c’est à dire de projet ponctuel, il y a sans doute une évolution à venir, celle de prendre en charge la prise en charge, de poursuivre les chantiers par la surveillance des effets, et l’accompagnement des réglages que les acheteurs peuvent souhaiter au-delà de l’exécution des travaux, sans compter les activités de maintenance préventive. Cet accompagnement, ce coaching, même si les plateformes possèdent les données, elle ne peuvent véritablement l’assurer. C’est sans doute la que les professionnels pourront trouver des relais de croissance. Mais là encore seul ce sera difficile pour les professionnels, c’est par une approche collective qu’il seront en mesure d’expérimenter et d’apprendre les modalités pratiques de l’exercice de ces activités nouvelles.

Et pour un dernier mot, disons simplement que se confronter au terrain est un excellent moyen de donner plus d’épaisseur à ce que nous observons souvent d’un peu trop loin. Dans ce cas précis, ce que nous avons appris, c’est ce que le monde des plateformes n’est menaçant que si les acteurs des vieux métiers en reste sur les conventions individualistes qui en a marqué l’histoire, et qu’à l’heure des plateformes l’antique idée de l’action collective peut retrouver un élan. Si nous observons depuis quelques mois le développement d’un mouvement critique nous ne pas dire conflictuel à l’égard de ces plateforme, la désillusion succédant à l’enthousiasme, il est possible d’envisager non pas une alternative, mais des formes d’accommodation : elles passent par une action plus collectives qui se concentrent sur ce que les plateformes ne savent pas faire : interpréter, accompagner, donner du sens aux données dans l’environnement concret et local de nos vie.

Juste une anecdote sur cette dernière observation. J’ai retransmis par mail, la copie d’un titre de voyage à la personne qui gère ma comptabilité, l’application Google Now lui a signalé qu’elle avait à faire le voyage que j’avais fais. L’algorithme qui m’alerte quand je dois entreprendre un trajet en lisant mon courrier, ne sait pas encore assez bien lire, il est au fond encore très peu intelligent et ne reconnait pas les contextes. Les machines ont encore besoin de nous.

Recherche sur internet : une question de méthode

#radar

Les 19 et 20 Janvier le Congrès Marketing Trends se tenait à Venise et c’était aussi l’occasion de présenter une communication un peu ancienne mais auxquelles les évolutions de l’internet redonne un intérêt. L’objet de l’étude porte sur les stratégie de recherche  sur internet.

Les données ont été collectées en 2007 sous la forme de capture d’écran vidéo des recherches motivée par quatre tâche par sujet. Une piste son enregistre les commentaires du sujet au cours de l’exécution de la tâche. L’analyse des séquences d’action, notamment en calculant les probabilités d’effectuer une action en fonction de la précédentes permet de mettre en évidence une double boucle d’apprentissage.

Si la boucle essai-erreur est la plus fréquente, et n’aboutit pas, une autre méthode peut être utilisée. La recherche d’information est donc structuré par un flot de deux types d’évaluation et de décision : les résultats d’une recherche menée avec une certaine méthode, les méthodes elles-mêmes.

Par méthode c’est l’usage de google et les choix de mots clés, ou celui d’une application spécifique, par exemple si la tâche est de trouver un itinéraire, l’emploi de mappy constitue la méthode. Si google search est à l’évidence la méthode utilisée la plus fréquemment et la plus généraliste, des moteurs alternatifs peuvent être employée pour recherche un objet spécifiques. Un livre sera plus simple à trouver sur google books, une image dans Flickr, une actualité dans twitter.

Les méthodes de recherche tendent à se diversifier et à se spécialisées. Et c’est bien là où cette recherche en proposant une méthode d’étude originale est encore d’actualité. Nous sommes dans le monde des apps, ces programmes dédiés à des tâche spécifique, que l’on collectionne sur son écran. Ici le choix de la méthode est un choix d’application. Le problème pour le consommateur est alors celui de la composition de sa collection d’apps et de l’accès dans les Appstores.

Le texte :

E-Marketing & e-commerce, c’est sorti !

Triade marketing

Il devait sortir le 15 Juin 2011, c’est enfin fait, il est en boutique y compris chez Amazon!

L’ouvrage collectif coordonné par Thomas Stenger et Stéphane Bourliataux-Lajoinie est publié par Dunod et préfacé par Pierre Kosciusko-Morizet. On retrouvera l’ensemble des auteurs sur la page FaceBook de l’ouvrage.

L’Expansion – Management lui avait consacré un  dossier au mois de Mai avec quelques extraits du chapitre II écrit par Christophe Benavent : L’avènement d’un marketing en temps réel.

Les motivations du partage

Passeport Perdu

Pour le marketing, la question de l’usage des médias passe moins par le discours, ou la rhétorique, qu’il faut développer, que par les moyens de la diffuser. Le changement majeur que tous reconnaissent, est que la médiatisation s’est fractionnée. Le message passe de main en main, de bouche à oreille, d’écran à écran. Il s’agit de faire de buzz, de contrôler la rumeur qui désormais n’est plus ce naturalisme inquiétant, mais une technique sociale à part entière. 
Sa maîtrise s’appuie sur la résolution de différents problèmes, l’un d’eux est celui de la participation. Quels facteurs conduisent les agents à relayer un message, à le commenter, à l’évaluer, à participer au mouvement de la communication? Autant les recherches se sont investies dans l’analyse du rôle du BAO dans la décision du consommateur, autant peu d’entre elles se sont intéressées à ce qui nous motive à partager sur les plateformes sociales l’information que nous recevons.
Partager l’information demande un effort et l’on peut supposer aisément que cet effort, même s’il est réduit par la technique des boutons de partages, les échelles de notations, les facilitations des champs de commentaires, les retweets, exige une espérance de gain. La nature des motivations est liées à la nature de ces gains. Nous en connaissons aujourd’hui encore peu de choses. Mais nous en connaissons assez pour en établir un premier inventaire. En voici une version provisoire, sans ordre d’importance. 
  • Le besoin d’être reconnu par les autres est sans doute un des plus évident.Il est cet ostentatoire dont Veblen a donné toute l’importance sociale et économique. Assurer un statut, recueillir l’assentiment et l’admiration des autres en donnant, en dépensant. Une forme de don. Notons qu’une telle motivation n’atteindra son but que dans la constance d’une répétition de l’acte.
  • Le sentiment de faire une chose qui nous plaise, d’exercer un talent particulier est une autre motivation distincte de la précédente. Comme toute activité, il ne suffit pas d’une promesse lointaine, et quand celle ci est incertaine, c’est le plaisir immédiat que nous procure cette activité qui est déterminant. Une manière de se réaliser et de jouir de sa maîtrise.
  • Développer un potentiel de ressources. C’est une motivation plus stratégique. En partageant du contenu on maintient un réseau, la possibilité de le solliciter, on accumule ainsi des ressources ou du moins l’accès à ces ressources. Donner c’est aussi rendre les autres débiteurs.
  • La recherche de gains de gains immédiats peut aussi être une motivation. Une réciprocité immédiate peut encourager. A l’extrême on peut imaginer que certains acteurs soient sponsorisés pour rediffuser un message. Cet intérêt immédiat et matériel ne doit pas être négligé. Il s’illustre bien sur twitter par le jeu des remerciements, se limitent-ils à une simple mention.
  • Le sentiment d’un devoir altruiste et accompli est sans doute une autre motivation. Donner aux autres, partager car c’est une règle sociale essentielle qui va de l’hospitalité vers cette discipline de l’aumône. Pour certains c’est un devoir impératif qui n’a que faire avec les calculs d’intérêt, mais qu’impose la morale.
  • A défaut de gain, on peut aussi réduire l’impact d’une perte par la recherche de la vengeance et de la revanche. On peut en participant et en s’exprimant contester, militer, compenser, restaurer. Et c’est une motivation puissante même si elle est négative et réduit la participation à des formes de dénigrements et de contestation.
  • L’esprit de compétition, de performance, la joie d’être meilleur que les autres en paraissant plus avisé, mieux informé est une autre forme de motivation. Proche de la reconnaissance, mais distincte en ce qu’il ne s’agit pas simplement d’être reconnu, mais plus encore de prendre un rang. Le développement de dispositifs tels que Klout, laisse penser qu’une telle motivation est largement répandue.
  • La recherche de pouvoir, le plaisir d’influencer les autres en est encore une des formes. La récompense vient de ce qu’en agissant en participant, on conçoit que le monde se forme à notre image audelà de créer des ressources.
  • Le besoin d’affiliation, de faire partie d’un groupe est encore une autre motivation. Proche du besoin de reconnaissance, sa particularité reste dans le fait que la reconnaissance est plus générique : on pet être reconnu en étant déviant.
Cette liste est déjà assez étendue. D’autres sont sans doute négligée – on appelle le lecteur à nous en soumettre d’autres. Ces neufs types de motivations sans doute se corrèlent, il reste à regarder empiriquement ce qu’il en est. C’est l’objet d’un travail d’une de nos étudiantes dans son mémoire de master et un axe de recherche de l’Atelier Technologies du marketing.
Sans doute se combinent-elles, et forment-elles des types de motivation qui s’organisent dans une sorte d’écologie. On imagine que si pour certains la motivation générale est celle d’une aspiration à la distinction et à la domination, pour d’autres elle se constitue dans le souci du respect des normes, et que la motivation des premiers déterminent celle des seconds, et réciproquement. L’économie générale des motivations ne se réduit très certainement pas aux déterminations individuelles.  C’est très certainement une autre étape de l’investigation. Dans l’immédiat, l’important est d’identifier ces motivations et d’en examiner la distribution.

 PS : le terrain empirique n’est pas vierge. Il est surtout celui du MIS et la question du partage des connaissances avec par exemple ce travail ou celui-ci. Récemment le New York Times Customer Insight Group a publié des résultats sur la psychologie du partage, on jetera aussi un oeil sur l’enquête de DanZarella.


A lire aussi ici : Pourquoi partage-t-on nos liens?

SoundCloud : une interface pour les nuages

Burning man

Un petit dernier depuis des mois trace dans la capillarité son chemin. Il s’agit de SoundCloud qui vient de la scène Allemande et lancé en juillet 2007. L’interface ne diffère pas que par son esthétique minimaliste mais aussi par des fonctions spécifiques  : l’exportation du lecteur et la possibilité de charger ses créations. C’est une platfeforme de partage pour les musiciens avant tout et on la devine favorisant les créations plutôt que la gestion des discothèques.

Voilà qui attire notre attention sur une propriété de ces plateformes : elles peuvent se définir sur la base de la distribution des rôles dans la population : les contributeurs versus les consommateurs. Certaines sont asymétriques, d’autres le sont moins.Certaines favorisent les listes de contact , d’autres moins. Autre détail la visualisation du morceau sous la forme d’une banque de fréquence, une manière physique d’appréhender la musique en donnant une idée de sa structure. La platerforme est centrée sur les pièces plutot que sur les artistes, ce qui d’ailleurs coincide avec l’ethos de l’electro qui forme le fond de son catalogue : les musiciens adopte des pseudonymes qu’ils varient selon les projets. Cette même bande, qui signe le service, comporte un ourlé : le fil des commentaires. Le titre devient un objet d’information à part entière.

Chico Buarque – Construção (J4ck Sh4rk Remix) by J4ck Sh4rk

Deezer et Spotify s’imposent parmi les premières plateformes musicales, même si SoundCloud aurait dépassé les 4 millions d’auditeurs. Mais le modèle économique n’est pas encore encore établi, et il n’est pas assez diffusé pour redresser un marché déclinant depuis le CD.
Nos plateforme classique ont pour contributeurs le très petit nombre de maisons de disque et leur catalogue exhaustif. Même s’il on annonce des millions de morceaux, ils sont réalisés par une faible fraction de musiciens : quelques dizaines de milliers. L’accès à ce catalogue est défini par un sysytème de douane. Les plateforme espère y fidéliser quelques centaines de milliers d’utilisateurs. Deezer rassemble 500 000 membres payants, reversant 20 millions de droits dans un marché de l’ordre de 500 millions d’euros – le CD existant encore. Spotify ce n’est que 25000 clients en premium, mais un million en europe. Ces chiffres sont à comparer à certaine idée de potentiel. En supposant que 10% des internautes soient destinés à souscrire à un tel service dans l’ordre de prix de 80 euros par an. C’est un potentiel de 5 millions soit 400 million annuel l’ordre de grandeur du CD. Mais le chemin est encore long même si des tendances se dessinent. Pour pénêtrer le marché, l’enjeu des alliances avec les opérateurs sera déterminante :, c’est la voie de la masse car c’est par le mobile qu’on écoute une grande partie de la musique. Qui relie -t-on?  les utilisateurs aux morceaux avec les playlists et les outils de recherche, les outils de découverte telles les similarité d’artistes ? Relie-t-on les utilisateurs entre eux en usant de la panoplie des outils sociaux ? SoundMusic ressemble plus à Flickr qu’à une plateforme de diffusion.

Il y a bien d’autres plateforme. Nous avons négliger ici l’ancien Myspace qui s’est retrouvé dans une fonction de promotion des artistes ; radioblog a décrié en adoptant ce principe de podcast. Mais aussi Last.Fm qui est passé payant rapidement et maintient à un prix de 3euros mais surtout se distingue par son formidable moteur de recommandation : la qualité de l’écoute musicale dépend d’un mix savants entre ce qu’on connait et que l’on veut réécouter, et des titres nouveaux, étonnants, qui nous apportent de nouvelles expériences musicales. Ce balancement entre discothèque et découverte est essentiel dans l’interface qu’elle se fasse sur l’analyse de nos gouts, de nos écoutes, de celles de nos amis, de la similarité des artistes et de leur musique.
La question de la qualité sonore se pose moyennement, même si elle risque de poser à mesure de la diffusion et de l’utilisation de ces services. Pour l’usager c’est le classement de ses titre, la programmation de play-list, rarement l’annotation, la documentation est essentielle avec les biographies et le référencement, les commentaires et les notes.
les plateforme de distribution dont seul celle d’Apple a réussi en s’appuyant sur une architecture fermée de terminaux et de plateforme. Zune de Microsoft, et Quriosity Music Unlimited de sony marchent dans ses pas. On est obligé de mentionner amazon.fr. Mais ces plateformes laissent une place limitée à la socialisation, peu de place au partage. N’oublions pas la défunte période du P2P inaugurée par Napster en juin 1999 ?
Les autres services ne manquent pas : Beezik, Dizzler, Free napster, ILike, Imeem, Jamendo, Jango , Jiwa, Lala, Music me, Musikmesh, Musicovery, Odeo, Pandora, Playlist, Spool FM, Worme et We are hunted, We7, Grooveshark.
Lesquels vont survivre ? Ceux qui ont pris rapidement une emprise de marché assez grande pour faire payer 5% de leur audience ? Ceux qui offrent du contenu et des interfaces adaptées à leurs cibles ? Ceux qui préservent une capacité sociale élevée ?  Il y a matière pour une belle étude de Business model, il y a matière pour mieux comprendre l’importance du design des interfaces.