Transformation digitale : la finalité et le détail

CXbSd3uWsAAYCrEL’invocation de la transformation digitale, la danse rituelle autour du big data, le culte de l’uberisation, ne feront pas tomber la pluie. Il n’y a pas de magie dans ces mots.

C’est dans le détail que les choses se font et dans la finalité. Pour les plateformes il s’agit des qualités des populations  qui y participent et de leurs interactions. Les populations sont à la fois consommatrice et productrice, elles sont par la vertu du crowd-sourcing la ressource principale. C’est en fait le problème de la boîte de nuit : composer un public car c’est le public qui fait sa valeur. Le physionomiste joue un rôle essentiel : un bon équilibre d’hommes et de femmes, de stars et de fans, d’excentriques, de dandies, de mauvais garçons, va faire le succès.

La finalité est donc d’obtenir de bonnes conduites et les bonnes interactions, cependant le problème des plateformes est très contingent. Les quelques cas de la présentation en présentent différente facettes. Avec le cas du dating c’est un prolonger l’interaction se pense en terme d’appariement : accorder les gens selon leurs préférences sachant que maximiser la probabilité des rencontres abouties est la clé de la valeur. C’est l’objet des algorithmes de matching. Le cas de Facebook est intéressant pour le problème éthique et cette nécessité d’engager plus fortement les membres pour valoriser le prix de la publicité. Le cas Flickr est passionnant comme exemple simple de la valorisation d’un corpus par la génération automatique de metadata sous la forme de tags et via les ressource du deep learning. L’analyse de données de blablacar met en relief le rôle des norme de réciprocité qui contribuent aux mécanismes de confiance. Le cas du surge pricing  d’Uber illustre à la fois la question cruciale de la légitimité, et l’efficacité d’un systèmes de marché simulé ( car le mécanisme de marché est produit, calculé, simulé, par les algorithmes et non par le tatonnement des acteurs du marché).

La transformation digitale n’est pas une nécessité générale, elle est la mise en place imaginative de dispositifs qui vise à créer de la valeur avec et dans les populations. La logique de plateforme est celle de la gouvernementalité, mettre en oeuvre,  via l’algorithme, les policies, les incitations, les capacitations nécessaires pour obtenir la conduite souhaitée : un pilotage sur,  un engagement élevé, le sens de la réciprocité, l’amabilité, l’honnêteté.

Il reste à la technique d’être le juste reflet de l’imagination collective, de porter de manière précise sur des éléments de détail, un effort déterminé pour les résoudre efficacement.  Ce qui distingue les plateformes qui réussissent est sans doute l’effort persistant et continu d’ajustement des fonctions et des interfaces, mais aussi le soin apporté au détail.


(préparé pour #DMCandFriends )

Vendredi noir – la valeur de nos données

And your point is?

Et non, ce n’est pas le relatif échec de l’introduction en bourse de Facebook, c’est le lundi que le cours s’est effondré mais le fait que l’intimité de presqu’un milliards d’individus fasse la richesse de quelques uns. Et cette ahurissante histoire que le capital ne se forme plus dans la plus-value tiré de la différence de la valeur de travail et de la valeur marchande, mais dans le fait que ce sont les consommateurs qui fournissent le capital.

Nous l’avons déjà expliqué ici, (et on pourra en écouter une version audio ci- dessous)  d’autres explications sont .

Le prix d’introduction a sans doute été trop élevé, le volume aussi, les spéculations trop hasardeuses, l’avidité sans retenue. Après les consommateurs, ce sont les investisseurs qui se sont fait avoir. Les déboires de ces derniers ne ne sont que des détails face à l’essentiel. L’univers de l’information défie les droits de propriétés.

Ce que Facebook fait n’est pas neuf, transformer la propriété commune en une propriété privée. Faire de nos coups de cœurs, de nos amitiés, de nos goûts, des traces que nous laissons au monde en pensant qu’elles s’effacent comme un parfum sous le vent, sa propriété. Une valeur fragile au fond, qu’il y imposent des droits n’en fait pas encore une valeur marchande. Il ne s’agit pas non plus seulement d’éthique,
L’affaire est discutée depuis longtemps avec la musique, le cinéma, le livre, elle est encore plus claire ici car il s’agit de nos goûts et de leurs expressions. Ce que nous disons à propos de ce qu’on aime a toujours appartenu à ce bien commun, ce qui appartient à tous et à personne , mais permet à tous, de vivre avec les autres. Ce bien là est accaparé comme si on avait volé un rein. 
Il va falloir désormais penser mieux le bien commun. Serait-ce dans une optique transcendante, celle de de Maritain par exemple. Il faudra éclaircir le concept comme le fait avec une remarquable précision Alain Beitone  dans cet article du Mauss en distinguant bien publics, collectifs, et bien tutélaire, montrant ainsi que ce qui fait le bien commun ne se définit pas par les seuls critères économique ( rivalité et exclusion par les prix) mais par un critère politique. On peut donner un prix au rein, au coeur, au sang, et celui qui reçoit le greffon exclue de fait un autre de la vie qu’il rend possible, et pourtant au titre du sacré, ou simplement de l’éthique, c’est par la loi qu’on les a retirés du marché. Nos données ne sont-elles pas aussi nos organes? Mieux un corps sans organe.

Beaucoup plus simplement,  se dire que nos données, nos idées, nos inventions, nos impressions, ne sont pas des biens comme les autres, même si leur incarnation, leur matérialisation, en permet l’appropriation et la marchandisation. Il faut leurs  restituer des droits négociés et sans doute renégocier les droits définis. Pourquoi les œuvres des artistes dont on croit qu’il font partie du bien commun de l’humanité devrait-il durer 70 ans ? Pourquoi pas 20 ans comme le propose Lars Christian Engström ? Pourquoi les molécules qui soignent devraient être protégée 20ans? Pour inciter leurs inventeurs à inventer et jouir d’un droit limité elles sont limitées. Ne discutons pas la durée. Juste le principe. Les œuvres de l’esprit ne peuvent être des propriétés absolues. La société s’est déjà mise d’accord sur cette idée.

On peut donner à Facebook des droits d’exploitation, on doit lui demander de rendre les dividendes au titre d’un investissement en capital. On peut accepter que ses fondateurs et premiers investisseurs s’enrichissent, faudrait-il encore qu’ils rendent au commun ce qui lui appartient. Et quelque soient les causes véritables du fiasco de l’IPO, une fin de cycle du social qui devient une fonction parmi d’autres, des erreurs d’appréciation de la véritable valeur d’une entreprise qui peine à vendre, pire une manipulation boursière, ce à quoi il faudra réfléchir est à la propriété de ces bribes d’information qui ne peuvent prétendre à former des œuvres,  et dont la valeur varie au gré des circonstances et des agrégations.

PS :  les sons sont issus d’une série de chroniques – ClairEco– réalisées par l’agence Moustic The Audio Agency pour le cercle de l’Obsoco auquel nous sommes ravis de participer.

Facebook – et nos dividendes?

Facebook entre en bourse et la question qui se pose est celle de l’atteinte ou non d’une valorisation à 100 milliards de $. Accessoirement, celle de l’enrichissement de sesinvestisseurs.

Le modèle connu sous le terme de crowd-sourcing, ou d’UGC, est en suivant l’analyse de de George Ritzer une forme nouvelle d’exploitation capitaliste. Non pas par l’appropriation de la valeur crée par les ouvriers, mais par celle des consommateurs.

Non content de payer la taxe de l’intrusion (être exposé à des publicités que nous ne souhaitons pas), ce sont les données que l’on confie qui sont simplement appropriées par facebook (et les autres) et vendues sous la forme d’actions aux investisseurs (Et non! nos données ne sont pas revendues telles quelles).

L’idée de Ritzer n’est pas nouvelle. De pur consommateur il n’y en a pas eu toujours, Toffler en est l’inventeur. Que le consommateur participe à la production est à la fois le modèle historique, ne serait-ce que par l’auto-production, et un élément critique de la société de consommation dès les années 60. La nouveauté n’est plus seulement dans l’organisation physique de la consommation : le chariot que l’on pousse, l’article que l’on scanne, le plateau que l’on jette à la poubelle, l’essence que l’on verse dans le réservoir, le billet de train que l’on sélectionne sur un automate. La nouveauté est que cette participation à la production, mais aussi à la conception, peut se partager avec les autres. Et cela d’autant plus facilement que le produit de cette participation prend la forme d’un bien public : sa consommation n’est ni exclusive, ni rivale.
Dans cette nouvelle configuration, le consommateur est toujours ce prosumer (ou produmer ou consommacteur ou coconcepteur ou coproducteur), mais ce qu’il produit est absorbé dans des plateformes géantes qui en assurent la logistique et partagé avec les autres. Facebook n’est qu’une des formes les plus abouties pour la capacité d’agréger un volume considérable de production. Il s’avère désormais que ce volume d’information prend une valeur considérable sur les marché.

Une question d’importance serait de discerner quelle est la part de valeur qui vient de l’infrastructure, et quelle est la part de ce qui vient des données. Si cette dernière représentait, disons la moitié, un véritable problème de droits aux fruits de cette valeur.

On comprend le changement, qui ne vient pas tant de l’activité des consommateurs, ils sont nombreux ceux qui font des phots, écrivent des poèmes, collectionnent les timbres, réalisé des vidéos, annotent des livres, critiquent des films. Ils le faisaient avant le crowd-sourcing, le neuf est que ce qu’is abandonnaient à l’usage gratuit de leurs proches est transformé et approprié par le capital, et un peu avant par les plateformes. Le prosumer ne se contente plus de partager les coûts de production avec la marque, il lui abandonne la plus-value de sa propre création, la valeur monétaire de son apport en capital physique.
On peut imaginer que d’autres modèles émergent, qui conçoivent un partage de cette valeur en rémunérant les contributeurs. Puisque la procédure d”inscription identifie clairement les membres d’un réseau, qu’il semble relativement facile de mesurer la quotité de contributions de chacun, on peut aisément répartir une part déterminée des dividendes. C’est assurément une mesure authentiquement socialiste par ces temps libéraux auxquels les consommateurs ne souscrivent plus. Ce pourrait être une initiative libérale : quelle serait le choix des consommateurs entre deux plateformes équivalentes à tout égard excepté que l’une d’elle rende la valeur à ceux qui en sont la source ? Imaginons qu’un autre Facebook grâce aux contributions de ses membres décide de reverser la moitié de sa valeur au 200 millions de ses meilleurs membres, cela représenterait une valeur de 100 euros pour une capitalisation à 20 milliards ! Des cas de cette taille sont bien sur rares, et c’est sans doute d’un facteur cent fois moindre que ce capital peut être valorisé. Le prosumer ne fera sans doute pas fortune mais si un droit lui est reconnu !
De fait le tour de magie vient du renoncement des internautes. Dans d’autres cas les pièces jaunes que nous négligeons font le bien d’oeuvres caritatives. Mais ce processus de valorisation d’un bien public fait de facebook plutôt une nouvelle Générale des Eaux ( les utilities fonctionnent finalement de manière identique : ce n’est pas l’eau qui est vendue, elle est est un bien public, mais son acheminement). L’eau que Facebook conduit n’est cependant pas naturelle. Elle est plus proche des ordures ménagères que nous abandonnons et dont les récupérateurs se font le plaisir et le bénéfice d’en extraire les matières les plus précieuses.

Sans céder à l’utopie d’une autre économie, on peut au moins remarquer que dans cette perspective, l’enjeu clé réside dans le droit de propriété associées aux données* et de ce à quoi ils laissent prétendre. Plus encore dans la prétention à ces droits. Sur le marché des déchets, le consommateur-destructeurs est parfois payé (c’est le cas des consignes), le plus souvent il paye.

Cette double comparaison renforce l’idée de la place très particulière qu’occupent les médias sociaux dans nos société. On paye le plus souvent le ramassage de nos ordures ménagères par une taxe, et quand on nous débarrasse gracieusement de nos meubles et autres souvenirs nous abandonnons généralement la valeur résiduelle à des charités. Quand à l’eau qui irrigue nos maisons, même si nous en payant une facture calculée par une métrologie précise, c’est son transport qui est réglé. Un rôle de régisseur que la collectivité charge de gérer le bien collectif, et qui s’en accaparerait les recettes. Un garde chasse qui  en viendrait à braconner.
On devine que la morale a des intérêts dans cette question. On peut s’interroger sur la compétitivité d’un tel modèle que concurrencerait un modèle à droit de participation ( même partielle). Pour revenir à la thèse ancienne de Ritzer, et à cette interrogation sur la notion de consommation, l’introduction de FB en bourse, nous invite à en repenser la nature.

Le consommateur n’est pas seulement celui qui détruit pour satisfaire un besoin ou un désir personnel le produit d’un industrie, il en est aussi le producteur. Le consommateur n’est pas qu’un acheteur, ou du moins il n’achète pas seulement avec de la monnaie, en plus de sa contribution en travail, il peut contribuer en prêtant son attention – c’est ce vieux modèle de la publicité, et désormais avec le fruit de ses libéralités. Le consommateur désormais est un contributeur au capital.  Malheureusement il n’en touchera pas les dividendes.

* en l’occurrence si nous avons un droit de contrôle et de rectification sur nos données personnelles, que nous puissions en autoriser ou non la diffusion, ces données restent publiques.

Les pages de fans sont-elles sociales ?

Les réseaux sociaux ne sont pas tous identiques, chacun forme un substrat particulier dont les propriétés générales tiennent à leurs fonctionnalités particulières. Dans le cas des pages de fan de facebook, cette analyse peut conduire à penser qu’elle ont une fonction sociale limitée et que leur particularité réside moins dans leur faculté de diffusion que dans l’écologie du commentaire et un possible tour de magie.
Ce que communément on caractérise de social est cette aptitude des plateforme à relier de nombreux individus et à les encourager à échanger régulièrement des éléments d’information , d’opinion, et quelques document par des dispositifs facilitateurs. L’ensemble accélérerait la diffusion (le buzz) et intensifierait la fréquence des échanges.
Ce n’est pas forcément le cas des pages de fan. Pour bien le comprendre prenons le cas de H&M parmi d’autres. Plus de 8 millions de personnes ont déclaré aimer la page qui se présente comme une page publicitaire ordinaire (avec cette belle opération de glamourisation menée avec Versace!).
Parmi elles, au dernier post observé, 1407 personnes déclarent aimer, autrement dit un taux de 0,0166%, c’est à dire 5 à 8 fois plus faible que le taux de conversion des bannière. 65 personnes ont partagé le contenu, et 35 ont ajouté un commentaire. 
Naturellement le cumul donnerait des résultats plus substantiels. A deux ou trois posts journaliers on peut reconstituer l’impact. Il ne risque pas d’être substantiel. La dynamique des pages reste celle d’un espace publicitaire. On ne peut pas compter sur l’effet de buzz. Son effet s’éteint rapidement, et la répétition des messages n’est sans doute pas suffisante pour toucher une masse importante. 100 posts, soit un mois d’activité à 100 likes et partages ne représentent que 10 000 contacts, qu’on peut généreusement doubler pour avoir l’idée d’un impact secondaire. Et nous sommes larges car nous supposons qu’il n’y a pas de superposition. A ce rythme il faudrait 10 ans d’activités pour toucher un quart de la base des fans. Ce n’est pas convaincant.
Bien sur il serait intéressant de systématiser l’analyse sur un ensemble plus vaste de cas, d’en tirer des régularité statistiques, de mieux modéliser les effets de duplication. Je doute qu’on arrive à un diagnostic différent. L’effet de Buzz est marginal. La page de fan n’est pas virale, peu sociale, elle ne touche que ceux qui veulent y venir. Ils ont été 8millions, ce n’est pas négligeable, même si la base de clientèle se compte au moins en dizaines de millions. Mais ce sont ceux qui aiment la marque, ce sont ceux qui y ont un intérêts, les impliqués. Sont-ils engagés?
Alors intéressons nous à ceux que le 10% disons de la clientèle motivée regardent sur les pages de ce catalogue. Ils regardent un contenu qui n’a pas été produit entièrement par les publicitaires, ils lisent des messages qui sont contextualisé par les avis des autres, c’est la vertu de l’UGC. Cela crédibilise sans doute des messages qui tourneraient à vide car inséré dans un contenu d’information sans rapport, manquerait de crédibilité. On y lit ce qu’on aime et ce que d’autres confirment. On peut espérer que le contexte accroissent la capacité de persuasion des messages publicitaire. Ce qu’on lit est un message principal autour duquel des bribes d’avis volètent comme les mouches autour d’une dépouille.
Et c’est là qu’une autre facette du social apparaît. Cette vieille idée de l’opinion publique qui n’est pas tant la somme modérée des avis individuels, mais cette idée qui se forme dans leur agrégation et s’impose à chacun. L’opinion publique est une construction, non pas une sommation.
De nombreux travaux ont déjà été publié sur l’influence des recommandation sur la décisions des consommateurs. Ils s’appuient souvent sur le cas du cinéma. Avis positifs et négatifs. Avec des résultats parfois surprenants. Mais très peu se sont intéressés à la compositions de ces avis, à la formation de la tonalité. Quand certains s’inquiètent de ce qu’à donner libre cours aux opinions on risque un effet contre productif d’inciter les mécontents à manifester leur acrimonie, on peut être surpris de la tonalité positive générale des pages.
Par quel coup de magie, alors que nous avons vécu longtemps dans l’idée qu’une mauvaise expérience générait 7 fois plus de buzz qu’une expérience positive, se fait-il que les pages à de rares exceptions respirent le bonheur et la satisfaction ?
Ce que nous observons en fait n’est pas ce que la population pense et ce pour une raison simple. Ceux qui s’expriment le plus souvent adhèrent aux valeurs de la marque, et sont motivés par des raisons distinctes de ceux qui protestent, condamnent ou réclament. l’arithmétique du social content s’appuie très probablement sur une asymétrie dans les fréquences de publication, c’est ce qu’on appelle un biais d’auto-sélection. C’est du moins notre hypothèse, elle reste à tester, mais dessinons en le calcul. Imaginons que la population soit de 1000 personnes, que les mécontent ne se manifestent qu”une fois, et que les fans le font plus fréquemment, mettons 10 fois. Si les premiers sont 800, ils produiront 800 fragments d’information. Les second en produiront 2000, soit près des deux-tiers. Même avec 80% de mécontents, une page face book produit une tonalité à 70% positive. Bien assez pour convaincre, pas suffisamment pour devenir suspecte.
Ainsi les pages de fan de Facebook ne sont pas sociale parce qu’elles favorisent la diffusion, mais en ce qu’elles construisent par la magie de l’auto-sélection un contenu qui a la crédibilité des pairs et la tonalité positive que leur donne le sur-engagement des militants. Elles seraient un miroir déformant, un de plus.

En attendant la révolution – A propos de Google+

Schisms

Les hommes et les femmes du marketing et de la communication vivent dans l’illusion d’une révolution permanente qui au fond n’est que l’idée Schumpeterienne de l’innovation destructrice. Elle ravit ces révolutionnaires qui ne rêvent pas de monde meilleur, mais simplement d’un éternellement recommencement, . Celui qui permet d’être premier quand la course est perdue. Dans ce registre fantasmatique, on repérera cette appétence à deviner que les institutions apparemment en bonne santé, sont en fait déjà en ruine. Dernier exemple en date, cette idée qui court dans les réseaux que Twitter s’effondrerait bientôt sous les coups de google+ ou que Facebook est désormais menacé.

Des argumentations partiales sont développées, sans concept fort, sans idée claire, juste ce désir rock’roll que ce qui monte doit tomber, et qu’un succès trop rapidement obtenu se paye par un effondrement.

L’idée de Schumpeter n’est pas mauvaise, ni totalement fausse, l’innovation dans un certain nombre de cas détruit l’environnement qui l’accueille. Cette destruction créatrice, on relira le chapitre 7 de capitalisme, socialisme et démocratie(1942!), s’enracine dans l’idée que la concurrence joue moins par les prix mais par l’innovation. Clark et Abernathy ont systématisé cette idée avec la notion de transilience : dans quelle mesure l’innovation rend obsolète les formes traditionnelles et reconstruit les liens du marché. Avant de conclure sur la mort ou le déclin des uns et des autres, il faudra statué sur la question de savoir si Google+ a un caractère révolutionnaire.
Mais ce n’est pas tout, dans le cas précis qui nous intéresse trois facteurs fondamentaux. Quatre facteurs fondamentaux méritent d’être rappelés.
Le premier est que la survie des organisations économique n’est pas seulement une question de concurrence et de performance dans les services qu’elles procurent. La théorie de l’écologie des populations (d’entreprises) a depuis longtemps souligné que si la concurrence éliminait les formes inadaptées, la légitimité gagnée avec l’accroissement de la population permettait à des formes peu compétitives de survivre. Nous n’entendrions plus parler de Windows depuis longtemps si la compétition jouait simplement sur la qualité intrinsèque de ce qui est offert. Que ce système d’exploitation soit inférieur aux autres n’a pas empêché qu’il traverse le temps. Sa force est dans sa légitimité, ce qui lui donne accès à des ressources auxquels mêmes les meilleurs ne peuvent prétendre. C’est ainsi que les vieux chevaux de retour battent tous les étalons.
Le second est propre au médias, et résulte sans doute du premier. C’est une régularité empirique au minimum. Aucun média n’a été chassé par les autres, ou il aura fallût très longtemps. La radio reine des années 30 est toujours là. Les journaux en papier qui tâchent ne sont pas encore mort. La tv enregistre une baisse infinitésimale de son audience et de sa durée d’exposition. MySpace voit son audience se rétracter fortement mais n’est pas menacé ou de manière encore lointaine par Souncloud. L’apparition de nouveaux médias redéfinit le rôle et la position des anciens, mais rarement s’y substitue. Chaque média apprend au cours du temps à s’adapter à l’usage dans lequel il est le meilleurs, la radio a trouvé dans la voiture son sanctuaire, fût-elle minimale elle y présente l’avantage d’être le seul média qu’on puisse suivre tout en faisant autre chose. La TV se déplace du salon à la cuisine. Cette observation peut s’expliquer au regard de l’écologie des populations par le fait que les différents médias ne sont pas associés en fait à la même niche écologique. Si dans le premier temps de le développement ils se superposent aux autres, à mesure que la compétition joue, c’est dans des espaces marginaux qu’ils subsistent.
De ce point de vue, on doit souligner l’extrême importance du troisième facteur : comme nombre de services digitaux, les réseaux sociaux ne sont pas conçus que par leur concepteurs. C’est l’usage qu’on en fait qui les définit, il ne sont pas des formes fixes, mais en continuellement redéfinition. Le cas de twitter est sans doute un des plus remarquables, mais l’utilisateur ancien de facebook, se souvient d’une plateforme sans rapport avec ce qu’on consulte aujourd’hui. Il y a là une véritable nouveauté conceptuelle : les innovations du digital parce que leur substance est produite par les utilisateurs eux-mêmes n’ont pas de formes définitive avant un long moment, celui qui justement leur permettra de trouver les espaces écologiques dans lesquels ils ont peu de concurrents.
Un quatrième facteur est spécifique aux réseaux sociaux numériques. Personne n’utilise un seul réseaux, les statistiques sont claires : l’utilisateur d’un réseau en utilise au moins deux ou trois autres, ne serait-ce que parce qu’il ne souhaitent pas mélanger ses réseaux véritables. Ce qui est vrai en matière d’économie de standard, ne peut l’être tout à fait en matière de réseaux sociaux. La dominance d’un standard s’explique notamment par les externalités positives, mais il y a peu d’économie pour l’utilisateur à rassembler sur une même plateforme l’ensemble de ses réseaux. Il y a même un coût : celui de la confusion. Souhaite-t-on faire se croiser en un même espace son épouse et sa maitresse ? Souhaite-t-on faire se croiser dans un même espace ses relations professionnelles et ses relations amicales ? C’est à ce problème que Google+ tente de s’adresser en introduisant l’idée des cercles mais assure-t-il vraiment l’étanchéité que l’on souhaite ? La réponse est non, car elle demande une gymnastique cognitive importante. Le raisonnement ensembliste n’est pas un calcul commun. Il est sophistiqué, et l’esprit simple préférera recourir à une solution apparemment plus lourde : celle de multiplier les plateformes. Cela évite d’avoir à calculer.
Combinant ces quatre facteurs, une idée simple émerge : le monde des réseaux sociaux va aller en se différenciant, il n’y aura pas une plateforme dominante, mais plusieurs plateformes qui cohabitent correspondant à des usages différenciés et plus précisément aux différentes idées de soi (social) que l’on se donne. Une place pour un réseaux professionnel, une place pour un réseaux amical, une place pour un réseaux affectif et sexuel, une place pour des souvenirs d’enfance, une place pour l’information usuelle, une place pour les engagements sociaux et politiques. Et nous en oublions. Chacun d’entre nous au titre de ses 4 ou 5 moi sociaux, construira ses réseaux aux travers de 4 ou 5 plateformes. Il y aura donc sans doute de la place pour une bonne douzaine de grandes plateformes, et certainement quelques dizaines de plateformes très spécialisées.
Stratégiquement ce qui est certain est que pour les grands usages, ceux qui sont déjà là par le jeu de la légitimité, resteront. Ce qui n’est pas assuré est la place que chacun d’eux va occuper. Alors faisons quelques pronostics : facebook sans doute va s’installer dans la position du réseaux universel, auquel presque tous appartiennent, mais où l’on gère les amis et les accointances, de petits réseaux personnels. Twitter ne sera pas une plateforme universelle, mais vaudra pour ceux pour qui la veille est importante et la diffusion plus encore. Linked est le grand réseau professionnel en devenir. Google plus sera le couteau suisse des masses, le complément naturel de facebook, celui qui permet de gérer ceux qui ne sont pas tout à fait nos amis.
Finissons sur une dernière idée. Parce que justement nous utilisons plusieurs réseaux, c’est la manière dont nous ferons passer de l’information de l’un à l’autre qui va nous donner la clé de leur institutionnalisation. Comme dans la vie, nos réseaux ne sont pas aussi distincts que l’on pense, on déverse dans l’un l’information qu’on obtient dans un autre. Moins que concurrents, les réseaux risquent donc d’être complémentaires, c’est ce facteur qui va contribuer à leur légitimité. On retrouve ici cette idée de l’écologie des communautés. Ce ne sont pas les espèces qui sont en compétitions mais les groupes. De ce point de vue google+ a un avantage important, car il s’insère dans un ensemble cohérent, celui de l’ensemble des applications de google, android inclus. Mais la messe n’est pas dite pour les autres. On risque de voir facebook se rapprocher de microsoft, twitter renforcer son insertion dans les plateformes professionnelles, mais surtout s’emparer de ce nouvel espace pour lequel il a été conçu : celui des mobiles.
Pour conclure sur la question de l’innovation, rappelons que la grande innovation des niveaux sociaux est bien ancienne, elle s’est enracinée dès les années 90 dans les systèmes de liste de diffusion et les plateformes actuelles n’en sont après tout que des sophistications. L’innovation en ce domaine est pour l’instant incrémentale. La véritable révolution viendra sans doute d’un nouvel acteur. L’innovation qu’il apportera, faisons un pari, viendra de sa capacité à matérialiser le véritable réseaux social dans lequel nous vivons : celui de nos objets.