Plateformes :

PlatdeCouv-Plateformes.inddSites collaboratifs, marketplaces, réseaux sociaux… Comment ils influencent nos choix

Il est là et en librairie. Pour l’accompagner cette rubrique où on retrouvera des réflexions autour et au delà du livre ainsi que l’ébauche de chapitres qui n’ont pas été (encore) écrits  : es plateformes et le travail, utopie et idéologie des plateformes, politiques publiques des plateformes…

Mentions presse :

L’honnêteté, avant la confiance.

Un post lu par inadvertance, et que j’ai retenu dans mes « à-relire », relate le livre déjà ancien de Paul Seabright et soulève une question passionnante : même quand nous n’avons aucune raison de faire confiance, nous pouvons nous engager dans des échanges économiques risqués. Comme nous sommes devant l’étranger nous faisons foi à ce qu’il nous dit plus que nous nous méfions de ce qu’il va faire. Nous commerçons aisément avec des étrangers.

Interprétant rapidement cette proposition, on peut retenir l’idée que ce qui lubrifie les échanges sociaux n’est pas la confiance, mais l’ honnêteté. Nous sommes plus rarement convaincus de ce que les autres vont faire, et de leur bienveillance, que ce qu’il nous disent est vrai. La confiance n’est qu’un dérivé de cette croyance, nous pouvons en effet faire confiance pour d’autres raisons, notamment la possibilité de sanctionner celui qui a fait défaut.Ne soyons pas étonné de la proposition d’un Fukuyama qui voit dans la société américaine plus de confiance que dans les société latines, celles qui ont développées un système judiciaire fort, permettent à plus d’agents de faire valoir leur droit quand la confiance est rompue. Une société faite de liens forts en réduit les possibilités, le nombre de ceux auxquels on peut faire confiance est restreint dans les tribus, car la sanction ne peut être prononcée que dans le cercles restreint des conseils de famille. La rétorsion est en fait le concept central des théories de la confiance.

Mais face à l’étranger, cette option est inopérante. Il a un pays de refuge où nos règles ne s’exercent pas. La confiance ne dérive pas de la sanction, mais d’un a priori. Il dit vrai, il est honnête.

Le monde de l’internet où l’identité est approximative, les possibilités de rétorsions réduites, les tribunaux incertains, n’est à pas l’évidence pas un espace favorable à la confiance. La rétorsion y est impotente. Il ne reste que cette hypothèse d’honnêteté même si le cynique ne peut l’accepter. On accorde tant d’avanatges au mensonge, à la ruse, voire même à l’hypocrisie.

Et pourtant, nous n’hésitons pas à parler à des inconnus, ni même à engager des relations sentimentales, pire nous y achetons, nous y échangeons, nous partageons. Une hypothèse naturelle serait-donc que nous attribuons à autrui une vertu que nous n’avons pas forcément complètement, celle de l’honnêteté. Hypothèse d’autant plus étrange, que le mensonge semble une chose largement partagée.

Arrêtons nous un instant sur ses formes. D’abord le mensonge peut être délibéré : on fournit aisément dans les formulaires des numéros de téléphone erronés, des noms dans lesquels on glisse sans scrupule des erreurs de graphies, on ment sur son age, sa taille, on fournit des photos d’autres. Le mensonge peut être aussi simplement une omission. On ne dit pas tout, dans les listes de préférences on en indique qu’une partie. On se soustrait à la surveillance, effaçant périodiquement des centaines de cookies, ou nos historiques de consultation. Le mensonge est surtout souvent involontaire, il se fait dans ce que nous répondons dépend moins de ce que nous sommes que ce qu’on nous demande. Le fait est qu’entre les faux commentaires, les faux reportages, les fausses notices d’information, la fausseté des artistes de la communication, l’univers de l’internet semble être celui des faux semblants et des illusions, plus que cette galaxie d’information dans laquelle les masses d’information s’agrègent par la force d’une certaine gravité : celle de la vérité.

Et pourtant nous faisons confiance, sans possibilité de rétorsions. Nous prenons ce monde comme un monde sans biais, nous achetons, nous consommons. Nous agissons en croyant à la force de l’honnêteté. C’est le fait primaire, la confiance est un concept dérivé. De manière irrationnelle nous faisons l’hypothèse de l’honnêteté des inconnus. Nous nous en nous défions que si nous discernons chez eux, les signes de ce qu’ils nous mentent.

Ce mystère peut cependant être levé de deux manières. La première est de reprendre certaines thèses évolutionnistes. Les menteurs ont peu de chance de se reproduire, la sanction qu’on peut leur appliquer à défaut de toute autre rétorsion est de ne plus les croire. A la manière de pierre et le loup. Les menteurs ont peu de chance de se perpétuer, à force de mentir on ne les croit plus.

Mais on peut aller plus encore un peu loin, et reprendre la vieille théorie du handicap : pour signaler une qualité, on doit la prouver par un handicap. Le paon ne ment pas sur sa beauté, car sa roue en fait une proie visible. S’il se permet ce handicap, c’est qu’il possède vraiment cette qualité. Et l’avantage de reproduction qu’il en tire – être choisi par les faisanes – dépasse le coût d’être dévoré. Le paon est honnête, c’est le handicap de l’honnêteté qui lui donne un avantage.

La seconde manière de résoudre le mystère est que nous ne sommes pas des oies blanches, que menteurs nous sachons que les autres mentent. Mais nous savons qu’ils mentent comme nous ! Nous mentons partiellement. Et cela suffit pour développer une croyance particulière : celle de discerner chez les autres les éléments de leurs mensonges. Nous pourrions ainsi évoluer dans un environnement mensonger, et lui faire confiance, pour la simple raison que nous sommes persuadé de faire la part du bon de l’ivraie. C’est notamment l’objet des recherches de Joey George.

Les deux arguments se combinent sans difficulté. Dans un monde mensonger, parce que nous savons déceler le vrai du faux, ou simplement que nous en soyons persuadé, nous pouvons aisément croire que les Paon sont honnêtes. Les faisanes savent qu’ils disent vrai. Ils font de beaux oisillons. Si elle n’étaient pas persuadées de discerner le vrai du faux, une roue flamboyante d’une crête écarlate – ce ne sont pas des poules, cela ne vaudrait pas le coup pour les paons de risquer d’un coup d’éventail de dresser une cible à leurs prédateurs. Il suffit qu’elle croient que le paon dit vrai.

Dans un monde de mensonge, ce qui qui compte est finalement la capacité à croire discerner parmi les signes ceux qui sont vrais et ceux qui sont mensongers. Même si aucun signe ne dit le vrai, ceux qui sont mensongers seront testés. Les croyances erronées seront éliminées, et apprendre quels signes sont faux, en renforçant cette conviction de discerner le vrai du faux, renforcera l’idée que les autres sont honnêtes, et que fortement ils s’exprime, plus honnête ils sont.

L’hypothèse que la croyance en l’honnête des autres est le moteur de la croissance dans un univers mensongers est sans doute une des questions de recherche la plus pertinente pour comprendre la logique du monde digital.

Et si tout cela semble abstrait, revenons à un éléments concret : comment comprendre alors que 75% des gens pensent que les commentaires sur internet sont trompeurs, la même proportion en tient compte. Comment comprendre alors qu’on pense que les information sont fausses, nous les prenions en compte ? C’est parce que persuadé de discerner le mensonge de la sincérité, nous faisons l’hypothèse de l’honnêteté, que ceux qui disent vrai le manifeste au point de souffrir de profonds handicaps. Ces signes coûteux nous apprenant à discerner le vrai du faux, nous renforcent dans l’idée que ce que les autres disent est à priori vrai.

La confiance ainsi ne se nourri pas de foi mais de la pratique de l’ honnêteté. Et la preuve empirique, est que du marché du village à  e-bay, au fond les escroqueries sont rares. Les marchés ne fonctionnent pas par la confiance, mais par l’honnêteté de leurs acteurs, ou du moins d’une large majorité, et par la croyance qu’ils ont de reconnaitre l’honnêteté de leurs partenaires. Le monde est bon.

crédit photo : I appreciate honesty

Vendredi noir – la valeur de nos données

And your point is?

Et non, ce n’est pas le relatif échec de l’introduction en bourse de Facebook, c’est le lundi que le cours s’est effondré mais le fait que l’intimité de presqu’un milliards d’individus fasse la richesse de quelques uns. Et cette ahurissante histoire que le capital ne se forme plus dans la plus-value tiré de la différence de la valeur de travail et de la valeur marchande, mais dans le fait que ce sont les consommateurs qui fournissent le capital.

Nous l’avons déjà expliqué ici, (et on pourra en écouter une version audio ci- dessous)  d’autres explications sont .

Le prix d’introduction a sans doute été trop élevé, le volume aussi, les spéculations trop hasardeuses, l’avidité sans retenue. Après les consommateurs, ce sont les investisseurs qui se sont fait avoir. Les déboires de ces derniers ne ne sont que des détails face à l’essentiel. L’univers de l’information défie les droits de propriétés.

Ce que Facebook fait n’est pas neuf, transformer la propriété commune en une propriété privée. Faire de nos coups de cœurs, de nos amitiés, de nos goûts, des traces que nous laissons au monde en pensant qu’elles s’effacent comme un parfum sous le vent, sa propriété. Une valeur fragile au fond, qu’il y imposent des droits n’en fait pas encore une valeur marchande. Il ne s’agit pas non plus seulement d’éthique,
L’affaire est discutée depuis longtemps avec la musique, le cinéma, le livre, elle est encore plus claire ici car il s’agit de nos goûts et de leurs expressions. Ce que nous disons à propos de ce qu’on aime a toujours appartenu à ce bien commun, ce qui appartient à tous et à personne , mais permet à tous, de vivre avec les autres. Ce bien là est accaparé comme si on avait volé un rein. 
Il va falloir désormais penser mieux le bien commun. Serait-ce dans une optique transcendante, celle de de Maritain par exemple. Il faudra éclaircir le concept comme le fait avec une remarquable précision Alain Beitone  dans cet article du Mauss en distinguant bien publics, collectifs, et bien tutélaire, montrant ainsi que ce qui fait le bien commun ne se définit pas par les seuls critères économique ( rivalité et exclusion par les prix) mais par un critère politique. On peut donner un prix au rein, au coeur, au sang, et celui qui reçoit le greffon exclue de fait un autre de la vie qu’il rend possible, et pourtant au titre du sacré, ou simplement de l’éthique, c’est par la loi qu’on les a retirés du marché. Nos données ne sont-elles pas aussi nos organes? Mieux un corps sans organe.

Beaucoup plus simplement,  se dire que nos données, nos idées, nos inventions, nos impressions, ne sont pas des biens comme les autres, même si leur incarnation, leur matérialisation, en permet l’appropriation et la marchandisation. Il faut leurs  restituer des droits négociés et sans doute renégocier les droits définis. Pourquoi les œuvres des artistes dont on croit qu’il font partie du bien commun de l’humanité devrait-il durer 70 ans ? Pourquoi pas 20 ans comme le propose Lars Christian Engström ? Pourquoi les molécules qui soignent devraient être protégée 20ans? Pour inciter leurs inventeurs à inventer et jouir d’un droit limité elles sont limitées. Ne discutons pas la durée. Juste le principe. Les œuvres de l’esprit ne peuvent être des propriétés absolues. La société s’est déjà mise d’accord sur cette idée.

On peut donner à Facebook des droits d’exploitation, on doit lui demander de rendre les dividendes au titre d’un investissement en capital. On peut accepter que ses fondateurs et premiers investisseurs s’enrichissent, faudrait-il encore qu’ils rendent au commun ce qui lui appartient. Et quelque soient les causes véritables du fiasco de l’IPO, une fin de cycle du social qui devient une fonction parmi d’autres, des erreurs d’appréciation de la véritable valeur d’une entreprise qui peine à vendre, pire une manipulation boursière, ce à quoi il faudra réfléchir est à la propriété de ces bribes d’information qui ne peuvent prétendre à former des œuvres,  et dont la valeur varie au gré des circonstances et des agrégations.

PS :  les sons sont issus d’une série de chroniques – ClairEco– réalisées par l’agence Moustic The Audio Agency pour le cercle de l’Obsoco auquel nous sommes ravis de participer.

Trop de technologie dans les études ?

L’air de rien le monde des études a évolué à grande vitesse au cours des dernières années et s’est largement diversifié par la multiplication des sources et la sophistications des méthodes. On peut craindre que l’excès de technologie les déprécient, et qu’il faille leur redonner de l’esprit par plus de théorie et plus d’esprit.
Du point de vue des sources, l’apparition dans les années 90 des bases de données clients, puis des systèmes CRM a mis à disposition des données massives relatives aux historiques de comportements et aux historiques d’interaction. Depuis le milieu des années 2000, c’est la digitalisation de la société qui fournit de nouvelles sources : les commentaires des consommateurs, les fils de conversation twitter, les banques de photos et de vidéos, les notes, et déjà et bientôt les données géolocalisées et chronométrées : des matériaux nouveaux dans leur nature et infiniment volumineux. L’accessibilité de ces nouvelles sources d’information, l’immensité de leur population ne les rendent pas forcement plus aisés à analyse que les enquêtes par sondage d’opinion nés avec Gallup, et les approches qualitatives traditionnelles qu’un Dichter a introduite dans les années 60. Ainsi les millions d’avis de consommateurs, en dépit de leur nombre ne reflètent en rien l’avis de la population pour autant qu’ils fassent l’objet d’un biais de sélection important – ce qui est le cas général, et l’observation exhaustive des séquences d’achat d’une clientèle n’est pas forcement extrapolable à la totalité du marché quand justement cette clientèle est très ciblée. Ces questions cependant peuvent être résolues.
Le véritable défi tient en trois éléments : le temps, la granularité, les modèles. La question du temps est celle de la barométrie. L’enquête d’opinion qui autrefois se présentait comme une photographie, peut plus facilement se distribuer en continu. Le longitudinal n’a sans doute pas pris toute l’importance qu’il devrait avoir dans l’analyse, il est pourtant essentiel dans la mesure où en dehors de l’expérimentation c’est le seul moyen de saisir les causalités et les dynamique. La question des de la granularité, qu’elle concerne le temps ou l’espace a une conséquence importante : les résultats d’étude peuvent concerner différents niveaux de décision à différents horizons. Un même système CRM peut produire une information de synthèse qui donne les tendances à moyen terme, et peut tout aussi bien servir des responsables de points de ventes. Voilà qui pose aux études un problème d’organisation de la distribution des résultats. Le troisième défi porte sur la relation entre des sources distinctes. Si les bases CRM sont riches et précises en matière de comportements, on a besoin aussi pour les expliquer de connaître les opinions et attitudes, si les recommandations sont une sources de données précieuses pour l’entreprise, c’est en connaissant les motivations de ceux qui recommandent que l’on peut les mettre en perspective. Il s’agit donc d’articuler les sources, de les intégrer dans des modèles pour rendre toute l’intelligibilité des modèles. Il ne s’agit pas d’éclairer un quali par un quanti, une étude par une autres, mais de fondre les données dans une seule base, un seul système et apparier des éléments apparemment hétérogènes.
Les évolutions ne concernent pas que les données et les mode de recueil, elles concernent aussi les méthodes d’analyse. A défaut de les inventorier, faute de place, quelques exemples choisis permettent d’en rendre compte. Avec les modèles SEM et les réseaux bayesiens, il est désormais plus aisés de saisir la structure des relations entre de nouvelles variables. Les modèles VAR et leurs outillages, récompensés cette année par un prix Nobel donné à Sims, ont ouvert la voie à une analyse causale, et dynamique des effets du mix. Les techniques de visualisation qui sont en plein essor permettent de prendre l’avantage de vaste corpus de données. Et il en est de même dans le domaine qualitatif : l’anthropologie renouvelle le champs des études quali en réintroduisant une dimension culturelle indispensable, l’observation est facilitée par des capteurs en tout genre – pensons aux progrès de l’occulométrie.
Le foisonnement et la sophistication des modèles posent cependant un problème important : celui de leur maitrise à la fois par les sociétés d’étude et par les annonceurs. Si la culture des uns et des autres se limitent à des tris croisés, peu de chance qu’on tire avantage et des données et des méthodes. C’est un problème que certains tentent d’éluder en cachant le capot sous le moteur, et en laissant croire que par des tableaux de bords simplifiés on peut saisir la complexité des marchés, sans s’intéresser à la complexité des phénomènes qui les animent.
Le corollaire est la nécessité d’avoir des modèles théorique bien compris des réalités que l’on cherche à explorer. Les données et les modèles seuls ne peuvent produire la décision, ce sont les modèles théorique qui leur donne un sens. Une approche scientifique des études se définit par un triple choix : celui du modèle théorique d’abord, de la méthode ensuite, et des données enfin. C’est sans doute le message le plus difficile à faire passer, l’induction est plus populaire que la déduction et l’on est souvent tenté d’analyser d’emblée l’apparence des faits qui est parfois trompeuse. Ces cadres théoriques sont cependant disponibles depuis bien longtemps. Et pour n’en donner qu’un exemple, on rappellera la théorie de la motivation de Deci et Ryan qui associe la nature intrinsèque des motivation à des changements durables de comportement. On comprendra mieux par ce cadre la relative inéfficacité de nombreux programmes de fidélisation.
A l’idéal la fonction étude pour être améliorée nécessiterait donc moins de nouveaux outils de mesures, et de nouvelles techniques d’analyse qu’une discipline plus grande qui devrait s’exercer dans trois directions:
  • Une meilleure définition et conceptualisation des variables clés et des modèles théoriques pertinents pour le marché où l’on opère et les stratégies mises en œuvre. Plus élaborés sera ce socle et plus rentables seront les études, car il sera possible d’accumuler les résultats et de produire un langage commun. Un exemple simple est celui du bon vieux modèle de part de marché à la Nakashini et Cooper : conçu comme le rapport de l’effort marketing de la marque sur le total de ses concurrents, il permet de mesurer les élasticités des variables du mix. Il peut servir de clé de voute à l’organisation et la structuration des sources et des méthodes d’analyse des données.
  • À un niveau organisationnel, la distribution et la diffusion des études doit prendre une importance capitale. L’efficacité des études ne réside pas seulement dans leur pertinence, mais dans la connaissance partagée qu’elles produisent. L’étude en soi n’est pas une connaissance, c’est son appropriation par chacun des membres de l’organisation qui en fait une connaissance organisationnelle. De ce point de vue les chargés d’étude sont moins, des analystes, des acheteurs, que des éducateurs. La fonction étude peut s’inspirer largement des processus de veille et d’intelligence : recueillir, coder, analyser, disséminer. Et sans doute plus encore devenir une véritable université interne.
  • Une troisième dimension réside dans la capacité d’accumulation des études. Pour autant qu’elles aient été structurées, qu’elles emploient des indicateurs standardisés, elle peuvent se prêter plus facilement aux techniques de méta-analyses, trop ignorée en marketing, et faire l’objet de généralisations empiriques.
Bref l’enjeu principal est celui de l’intelligibilité dont les trois dimensions concerne le caractère analytiques des modèles de connaissance, leur capacité à produire du sens commun, et à constituer des standards de comparaison.
Note : quelques réflexions pour alimenter la conférence : des études à l’intelligence marketing – SEMO