Fringues, une question de regard – une courte étude

hawai1950Le burkini est avant tout une marque et le fait du marketing dans la globalisation. Avant tout, car c’est la l’invention d’une entreprise et non d’un mouvement religieux. Un marketing au pied de la lettre qui tente de satisfaire une attente d’un segment ou de plusieurs segments de consommatrices. Pas seulement celui des musulmanes mais de toutes celles (naturellement seules les femmes sont concernées) dont les normes sociales auxquelles elles adhèrent contiennent une modalité particulière de la pudeur – ne pas laisser apparaitre en public ce qui relève de l’intimité – mais aussi la revendication d’une forme de modernité  : un vêtement spécifique pour le bain en opposition à la tradition – se baigner habillée, comme le font les indiennes, ou pour des raisons de teint de peau comme le font les chinoises.

Les marques sont des signes et le vêtement est en grande partie ostentatoire. S’il présente des attributs fonctionnels (le confort, la facilité d’entretien .. ), il en comporte d’autres associés à des dimensions plus symbolique et identitaires. S’habiller c’est dire ce qu’on est.

Voilà qui m’a rappelé que je possédais un petit jeu de donnée constitué par des étudiants dans les années 2005 avec une enquête portant sur l’univers des marques surfs. Une belle occasion pour revisiter ces données avec une technique ancienne mais négligée qui s’adaptent parfaitement à nos données : en particulier une batterie de plus de 35 critères de décision de choix d’un vêtement (Slide 2) correspondant parfaitement à la notion d’avantage recherché. C’était aussi l’occasion de faire tester une vieille technique d’analyse, rarement employée en marketing, mais particulièrement utile pour traiter ce type de données : la fonction Iclust du package r Psych. le but sera d’identifier les avantages recherchés, de les construire et d’en tirer un modèle de benefit segmentation.

A la segmentation par avantage recherché on ajoutera l’étude d’une autre question portant sur les situations d’usage : porter le vêtement à  l’école ou à la campagne, pour faire les courses ou aller au travail… Ce sera l’occasion de revisiter la question du positionnement des marques (slide 7) et de leur écologie (slide 8).

La méthode Iclust est une variante de méthodes de classification hiérarchique ascendantes destinée à classer non pas les individus mais les variables. Elle permet de  mieux comprendre comment les catégories de jugements se forment et se généralisent. C’est William Revelle, l’un des principaux contributeur du package Psych de r, et un des meilleurs spécialistes de psychométrie, en est son inventeur. La mesure de similarité s’appuie sur  des critères de fiabilité. Deux réponses seront associées si le coefficient alpha de Cronbach , ou une variante -le coefficient beta –  propre à l’auteur – défini comme le plus mauvais split-half test du groupe d’items- est maximisé. Son intérêt réside dans l’identification de sous-échelles parmi un large ensemble d’items.

Passons au concret. Les données que l’on traitent d’abord (slide 2) sont une liste de critères de choix. Le résultat se présente sous la forme d’un arbre de regroupement (S3). Après quelques tâtonnements la meilleure solution s’avère comporter 9 groupes d’items, ou facteurs.

Ils se répartissent en trois groupes.  Le premier est constitué de critères fonctionnels :  la facilité à l’usage du vêtement et de son entretien, ainsi que son caractère économique. Un second à caractère hédonique est constitué d’un seul facteur : le confort du vêtement. Le troisièmes est relatif au rapport que l’on veut établir avec les autres : se conformer à la mode ou à l’avis du groupe de référence, échapper au regard des autres par la discrétion, se distinguer et exercer une certaine séduction. On apprendra à personne que le vêtement se définit essentiellement par le regard des autres même s’il est occulté.

A partir de cette analyse, 9 scores sont calculés en faisant la moyenne des items qui se rapportent aux traits latents, puis en calculant le poids relatifs de chacun des facteurs dans l’attention prêtée à l’ensemble de ces critères. Quatre grand profils sont identifiés, ils sont de poids égaux ( slide 4) égaux. Un quart des personnes interrogées ne prend en compte que les aspect fonctionnels et hédoniques : pratique et confortable. Les trois autres segments se définissent en fonction du rapport qu’ils établissent aux yeux des autres :

  • la discrétion où la stratégie de l’invisibilité
  • la stratégie du conformisme entre les modèles et l’entourage
  • la logique du standing et le principe du classique

Les 3/4 des consommateurs sont sensibles au vêtement dans la mesure où il permet de définir le rapport avec les autres : celui d’un inclusion mais parfois d’une exclusion, la distinction et le conformisme, et même échapper au regard. Les indifférents sont m’oins d’un quart.

Même méthode pour analyser les situations d’achat ( Slide 5 et 6).  On y découvre que deux types de situations se distinguent : le dehors et le dedans. On laisse au lecteur le soin d’interpréter les subdivisions plus fines. Elles se construisent aussi sur une dimension d’intimité. On les retrouve dans le biplot, où l’on situe les marques ( slide 7). Le slide suivant (slide 8) sous d’apparence d’un cladogramme donne l’arbre généalogique ou phénotypique des marques. On y retrouve des familles qui ont du sens.

Faut-il conclure ? S’habiller, ou se déshabiller, est un art. Le vêtement soit -il réduit à un tatouage, un tressage de cheveux, des colliers, ou se fait-il de mètres tissés, tâffetés, plissés, enroulés, robes de princesses ou tourbillons de voiles, est un langage. Il exprime le rapport que l’on veut établir aux autres mais aussi celui que l’on veut entretenir avec son corps. Si la liberté d’expression est un des premiers droits de l’homme et de la femme, le droit de se déshabiller ou de s’habiller est le droit fondamental de dire ce que l’on veut dire.