Intrusion du marketing – qu’en pensent les consommateurs?


L’action marketing par nature est intrusive, elle impose au consommateur une information qu’il ne souhaite pas forcément, à des moments qui ne sont pas propices. La solution générale est celle du permission marketing telle que l’a popularisée un Seth Godin, mais elle peut sembler idéaliste.

D’un point de vue pratique, on peut supposer que l’intrusion est moins une question de principe que de degré, et qu’il existe une relation en U inversé entre l’efficacité du marketing laissant espérer qu’il existe un niveau optimal d’intrusion. Celui-ci varie sans doute selon les outils, selon les personnes et selon ce qui est offert.

Pour le déterminer une étape préalable est d’être capable d’en mesurer le degré. Ce projet vise à construire un instrument de mesure de « l’intrusivité » des techniques marketing, comme préalable à la détermination des optimas. Dans une première étape, une enquête qualitative a été engagée. Le groupe est constitué par Sylvie HANNA, Sandrine FLEURY, Wissem AMOKRANE, Elodie CHAVILLE et Dieynaba KONTEYE . En voici une synthèse vidéo de 6 mn

—–
Voir aussi :

Technologie du marketing : les nouvelles frontières de la relation

On ne le répètera sans doute jamais assez, le marketing est de plus en plus technologique. Une enquête du JDN en donne de sérieuses indications, et l’EBG annonce une croissance de 54% !

Voilà qui sans remettre en question l’approche relationnelle du marketing, soulève des enjeux importants. C’est à ces enjeux que le groupe de recherche “technologies du marketing” s’intéresse, associant à sa réflexion les étudiants du Master Marketing Opérationnel International qui en auront exploré quelques-uns. Pour 2008/2009, cinq projets principaux ont été développés et leurs résultats sont présentés le 2 avril 2009, à l’occasion d’une conférence donnée dans le cadre de la remise de diplômes aux promotions précédentes, et présidée par Emmanuel Mignot, PDG de Teletech :