Les pages de fans sont-elles sociales ?

Les réseaux sociaux ne sont pas tous identiques, chacun forme un substrat particulier dont les propriétés générales tiennent à leurs fonctionnalités particulières. Dans le cas des pages de fan de facebook, cette analyse peut conduire à penser qu’elle ont une fonction sociale limitée et que leur particularité réside moins dans leur faculté de diffusion que dans l’écologie du commentaire et un possible tour de magie.
Ce que communément on caractérise de social est cette aptitude des plateforme à relier de nombreux individus et à les encourager à échanger régulièrement des éléments d’information , d’opinion, et quelques document par des dispositifs facilitateurs. L’ensemble accélérerait la diffusion (le buzz) et intensifierait la fréquence des échanges.
Ce n’est pas forcément le cas des pages de fan. Pour bien le comprendre prenons le cas de H&M parmi d’autres. Plus de 8 millions de personnes ont déclaré aimer la page qui se présente comme une page publicitaire ordinaire (avec cette belle opération de glamourisation menée avec Versace!).
Parmi elles, au dernier post observé, 1407 personnes déclarent aimer, autrement dit un taux de 0,0166%, c’est à dire 5 à 8 fois plus faible que le taux de conversion des bannière. 65 personnes ont partagé le contenu, et 35 ont ajouté un commentaire. 
Naturellement le cumul donnerait des résultats plus substantiels. A deux ou trois posts journaliers on peut reconstituer l’impact. Il ne risque pas d’être substantiel. La dynamique des pages reste celle d’un espace publicitaire. On ne peut pas compter sur l’effet de buzz. Son effet s’éteint rapidement, et la répétition des messages n’est sans doute pas suffisante pour toucher une masse importante. 100 posts, soit un mois d’activité à 100 likes et partages ne représentent que 10 000 contacts, qu’on peut généreusement doubler pour avoir l’idée d’un impact secondaire. Et nous sommes larges car nous supposons qu’il n’y a pas de superposition. A ce rythme il faudrait 10 ans d’activités pour toucher un quart de la base des fans. Ce n’est pas convaincant.
Bien sur il serait intéressant de systématiser l’analyse sur un ensemble plus vaste de cas, d’en tirer des régularité statistiques, de mieux modéliser les effets de duplication. Je doute qu’on arrive à un diagnostic différent. L’effet de Buzz est marginal. La page de fan n’est pas virale, peu sociale, elle ne touche que ceux qui veulent y venir. Ils ont été 8millions, ce n’est pas négligeable, même si la base de clientèle se compte au moins en dizaines de millions. Mais ce sont ceux qui aiment la marque, ce sont ceux qui y ont un intérêts, les impliqués. Sont-ils engagés?
Alors intéressons nous à ceux que le 10% disons de la clientèle motivée regardent sur les pages de ce catalogue. Ils regardent un contenu qui n’a pas été produit entièrement par les publicitaires, ils lisent des messages qui sont contextualisé par les avis des autres, c’est la vertu de l’UGC. Cela crédibilise sans doute des messages qui tourneraient à vide car inséré dans un contenu d’information sans rapport, manquerait de crédibilité. On y lit ce qu’on aime et ce que d’autres confirment. On peut espérer que le contexte accroissent la capacité de persuasion des messages publicitaire. Ce qu’on lit est un message principal autour duquel des bribes d’avis volètent comme les mouches autour d’une dépouille.
Et c’est là qu’une autre facette du social apparaît. Cette vieille idée de l’opinion publique qui n’est pas tant la somme modérée des avis individuels, mais cette idée qui se forme dans leur agrégation et s’impose à chacun. L’opinion publique est une construction, non pas une sommation.
De nombreux travaux ont déjà été publié sur l’influence des recommandation sur la décisions des consommateurs. Ils s’appuient souvent sur le cas du cinéma. Avis positifs et négatifs. Avec des résultats parfois surprenants. Mais très peu se sont intéressés à la compositions de ces avis, à la formation de la tonalité. Quand certains s’inquiètent de ce qu’à donner libre cours aux opinions on risque un effet contre productif d’inciter les mécontents à manifester leur acrimonie, on peut être surpris de la tonalité positive générale des pages.
Par quel coup de magie, alors que nous avons vécu longtemps dans l’idée qu’une mauvaise expérience générait 7 fois plus de buzz qu’une expérience positive, se fait-il que les pages à de rares exceptions respirent le bonheur et la satisfaction ?
Ce que nous observons en fait n’est pas ce que la population pense et ce pour une raison simple. Ceux qui s’expriment le plus souvent adhèrent aux valeurs de la marque, et sont motivés par des raisons distinctes de ceux qui protestent, condamnent ou réclament. l’arithmétique du social content s’appuie très probablement sur une asymétrie dans les fréquences de publication, c’est ce qu’on appelle un biais d’auto-sélection. C’est du moins notre hypothèse, elle reste à tester, mais dessinons en le calcul. Imaginons que la population soit de 1000 personnes, que les mécontent ne se manifestent qu”une fois, et que les fans le font plus fréquemment, mettons 10 fois. Si les premiers sont 800, ils produiront 800 fragments d’information. Les second en produiront 2000, soit près des deux-tiers. Même avec 80% de mécontents, une page face book produit une tonalité à 70% positive. Bien assez pour convaincre, pas suffisamment pour devenir suspecte.
Ainsi les pages de fan de Facebook ne sont pas sociale parce qu’elles favorisent la diffusion, mais en ce qu’elles construisent par la magie de l’auto-sélection un contenu qui a la crédibilité des pairs et la tonalité positive que leur donne le sur-engagement des militants. Elles seraient un miroir déformant, un de plus.

Les motivations du partage

Passeport Perdu

Pour le marketing, la question de l’usage des médias passe moins par le discours, ou la rhétorique, qu’il faut développer, que par les moyens de la diffuser. Le changement majeur que tous reconnaissent, est que la médiatisation s’est fractionnée. Le message passe de main en main, de bouche à oreille, d’écran à écran. Il s’agit de faire de buzz, de contrôler la rumeur qui désormais n’est plus ce naturalisme inquiétant, mais une technique sociale à part entière. 
Sa maîtrise s’appuie sur la résolution de différents problèmes, l’un d’eux est celui de la participation. Quels facteurs conduisent les agents à relayer un message, à le commenter, à l’évaluer, à participer au mouvement de la communication? Autant les recherches se sont investies dans l’analyse du rôle du BAO dans la décision du consommateur, autant peu d’entre elles se sont intéressées à ce qui nous motive à partager sur les plateformes sociales l’information que nous recevons.
Partager l’information demande un effort et l’on peut supposer aisément que cet effort, même s’il est réduit par la technique des boutons de partages, les échelles de notations, les facilitations des champs de commentaires, les retweets, exige une espérance de gain. La nature des motivations est liées à la nature de ces gains. Nous en connaissons aujourd’hui encore peu de choses. Mais nous en connaissons assez pour en établir un premier inventaire. En voici une version provisoire, sans ordre d’importance. 
  • Le besoin d’être reconnu par les autres est sans doute un des plus évident.Il est cet ostentatoire dont Veblen a donné toute l’importance sociale et économique. Assurer un statut, recueillir l’assentiment et l’admiration des autres en donnant, en dépensant. Une forme de don. Notons qu’une telle motivation n’atteindra son but que dans la constance d’une répétition de l’acte.
  • Le sentiment de faire une chose qui nous plaise, d’exercer un talent particulier est une autre motivation distincte de la précédente. Comme toute activité, il ne suffit pas d’une promesse lointaine, et quand celle ci est incertaine, c’est le plaisir immédiat que nous procure cette activité qui est déterminant. Une manière de se réaliser et de jouir de sa maîtrise.
  • Développer un potentiel de ressources. C’est une motivation plus stratégique. En partageant du contenu on maintient un réseau, la possibilité de le solliciter, on accumule ainsi des ressources ou du moins l’accès à ces ressources. Donner c’est aussi rendre les autres débiteurs.
  • La recherche de gains de gains immédiats peut aussi être une motivation. Une réciprocité immédiate peut encourager. A l’extrême on peut imaginer que certains acteurs soient sponsorisés pour rediffuser un message. Cet intérêt immédiat et matériel ne doit pas être négligé. Il s’illustre bien sur twitter par le jeu des remerciements, se limitent-ils à une simple mention.
  • Le sentiment d’un devoir altruiste et accompli est sans doute une autre motivation. Donner aux autres, partager car c’est une règle sociale essentielle qui va de l’hospitalité vers cette discipline de l’aumône. Pour certains c’est un devoir impératif qui n’a que faire avec les calculs d’intérêt, mais qu’impose la morale.
  • A défaut de gain, on peut aussi réduire l’impact d’une perte par la recherche de la vengeance et de la revanche. On peut en participant et en s’exprimant contester, militer, compenser, restaurer. Et c’est une motivation puissante même si elle est négative et réduit la participation à des formes de dénigrements et de contestation.
  • L’esprit de compétition, de performance, la joie d’être meilleur que les autres en paraissant plus avisé, mieux informé est une autre forme de motivation. Proche de la reconnaissance, mais distincte en ce qu’il ne s’agit pas simplement d’être reconnu, mais plus encore de prendre un rang. Le développement de dispositifs tels que Klout, laisse penser qu’une telle motivation est largement répandue.
  • La recherche de pouvoir, le plaisir d’influencer les autres en est encore une des formes. La récompense vient de ce qu’en agissant en participant, on conçoit que le monde se forme à notre image audelà de créer des ressources.
  • Le besoin d’affiliation, de faire partie d’un groupe est encore une autre motivation. Proche du besoin de reconnaissance, sa particularité reste dans le fait que la reconnaissance est plus générique : on pet être reconnu en étant déviant.
Cette liste est déjà assez étendue. D’autres sont sans doute négligée – on appelle le lecteur à nous en soumettre d’autres. Ces neufs types de motivations sans doute se corrèlent, il reste à regarder empiriquement ce qu’il en est. C’est l’objet d’un travail d’une de nos étudiantes dans son mémoire de master et un axe de recherche de l’Atelier Technologies du marketing.
Sans doute se combinent-elles, et forment-elles des types de motivation qui s’organisent dans une sorte d’écologie. On imagine que si pour certains la motivation générale est celle d’une aspiration à la distinction et à la domination, pour d’autres elle se constitue dans le souci du respect des normes, et que la motivation des premiers déterminent celle des seconds, et réciproquement. L’économie générale des motivations ne se réduit très certainement pas aux déterminations individuelles.  C’est très certainement une autre étape de l’investigation. Dans l’immédiat, l’important est d’identifier ces motivations et d’en examiner la distribution.

 PS : le terrain empirique n’est pas vierge. Il est surtout celui du MIS et la question du partage des connaissances avec par exemple ce travail ou celui-ci. Récemment le New York Times Customer Insight Group a publié des résultats sur la psychologie du partage, on jetera aussi un oeil sur l’enquête de DanZarella.


A lire aussi ici : Pourquoi partage-t-on nos liens?

Pourquoi partage-t-on nos liens?

Honk! Honk!

Ce n’est pas un fait nouveau. Depuis une éternité on partage nos livres, on prête nos disques, on parle des films qu’on a aimés. Mais le développement des technologies sociales permet dans un cadre technique défini par ces support de partager avec autrui les éléments digitaux auxquels on a accès. Qu’est-ce qui nous amène à Liker, à Twitter, à noter, à voter, à commenter et à nous engager dans le partage?

Curieusement la littérature est peu peu disserte encore sur le sujet. Autant l’influence des recommandations sur les choix sociaux est étudiée, autant le WOM reçoit une grande attention, autant la question des facteurs qui conduisent les internautes à recommander est finalement encore assez peu explorée.
La question est d’autant plus vaste qu’elle rejoint les questions anthropologique, sociale économique de l’échange. Mais sans s’y engager on peut noter sur ce terrain restreint un certain nombre de raisons. Mieux les comprendre sera essentiel aux politiques de communication.
Un premier facteur tient à l’objet partagé. On ne partage pas tout, on partage ce qu’on aime, ce qui nous a surpris, l’intérêt que l’objet revêt à nos yeux est donc essentiel, mais il est nécessaire d’aller au delà de la simple implication car s’il est des choses qu’on aime et que l’on veut partager, il en est d’autre que l’on tient secret ne serait-ce car on y perdrait quelque chose qui tient de l’unicité. Moins qu’une propriété de l’objet, c’est sans doute l’évaluation de sa transmission qui importe.
Cet objet a une source, et la relation qui nous lie à cette source peut aussi être importante. On peut retransmettre un presque rien de nos amis juste pour les saluer, juste pour leur donner de l’importance à la hauteur de nos ressources : le nombre de ceux qui nous suivent à travers les réseaux. La source est sans doute un des facteurs les plus déterminants. Nous voudrions être sur de cette hypothèse.
L’action en elle-même est un troisième facteur, elle demande un effort et amène des bénéfices. On comprend qu’un like ou une note représente moins d’effort qu’un commentaire, et que la note moins de risque que le like. Cependant le commentaire permet de ses signaler, d’obtenir une popularité. Cette économie de l’action est donc déterminante. L’espérance et l’effort, le plaisir et la douleur, le gain et la perte, l’action engage tout cela au delà de son objet. On peut obtenir un diamant au moment de l’agonie. La mesure est ce temps de jouissance, jouir de l’infini. L’action est liée au facteur temps.
Cette économie dépend largement de la position de l’individu dans la structure sociale. Que l’on soit fortement lié à d’autres et la recommandation produite aura une valeur plus grande, un risque aussi. La position sociale n’est pas seulement déterminante quand à l’espérance de gain, mais exerce aussi une pression normative, on peut relayer un message indépendamment de son contenu, et du bénéfice de l’action, mais simplement en remerciement d’un ensemble de sources qui nous sont importantes.
Il reste enfin cette hypothèse de personnalité. Certain sont généreux, d’autre moins, est-ce une question de nature ? Donner et recevoir n’est pas qu’une question de monnaie d’échange c’est aussi la volonté d’aller au marché offrir ce que l’on fait. Cela vaut peu pour certains beaucoup pour d’autres. Des normes sans doute, cet héritage des communautés, règles sans autre raison que l’histoire. Ce qui vaut à travers les saisons vaut pour la vie.
Cinq grands facteurs candidats à dire pourquoi nous avons appuyé sur le bouton. Pourquoi ne nous sommes-t-on pas contenté de consommer la sources mais avons-nous fait l’effort de dire aux autres notes choix. Personnalité, source de l’information, objet de l’information, action et position sociale apparaissent ainsi comme les facteurs enchevêtrés qui conduisent à agir. La recherche doit en envisager les contributions relatives.

 _________
A lire aussi :
Pourquoi partage-t-on nos contenus?